Mon mari mon amant et moi

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mon mari mon amant et moiCoucou, petite présentation rapide. Moi c’est Patricia, j’ai quarante trois ans, je mesure un mètre soixante cinq, je pèse soixante deux kilos, cheveux mi longs, brune aux yeux marrons avec y paraît, un regard à faire tomber les braguettes. Je suis mariée à Julien depuis longtemps. On a 2 deux enfants. Notre couple fonctionne très bien enfin fonctionnait bien jusqu’ à notre séparation. Mais je regrette un peu le manque de communication entre nous au niveau sexuel. On ne ce dit pas nos envies, ce que l’on aime ou ce que l’on aime moins. Nous sommes plutôt réservé et timide sur ce point là. Mais on est heureux comme ça.Un soir, alors que l’on s’apprêtait à dormir, Julien a osé me demandé si j’avais des fantasmes. C’était mignon car j’ai bien senti dans sa voix qu’il n’était pas à l’aise. Malheureusement, je lui ai répondu que je n’ai pas de fantasme. Mensonge, mais je ne veux pas lui avouer le mien.J’en ai trop ! J’aimerais bien le sodomiser ou qu’il ai une relation bisexuelle. Mais je suis certaine qu’il ne voudrait pas. Alors, je préfère ne rien dire. Il doit être déçu par ma réponse et me dit qu’on à tous des fantasmes. Je lui confirme que moi, je n’en n’ai pas… Et lui, c’est quoi ses fantasmes ? Je profite donc de la situation pour lui poser la question. Et quelle surprise lorsqu’il me dit qu’il aimerait me regarder baiser avec un autre homme.Je m’attendais à plein de choses, notamment un plan à trois avec une autre femme, mais pas à ça. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. Je sais qu’il n’est pas jaloux, mais là, je suis très surprise. Et que je le trompe souvent !Il ne dit plus rien, moi non plus. J’aimerais bien qu’il me parle, mais rien, il reste silencieux. Du coup, je réfléchis à son fantasme. Et je me dis que peut-être, on pourrait trouver un homme bi.Ça cogite beaucoup dans ma tête mais je fini tout de même par m’endormir. Les deux, trois jours qui ont suivi, j’ai beaucoup réfléchi, j’ai imaginé différents scénarios dont un plan à trois avec un homme bi. Mais je ne veux toujours pas lui avouer mon envie assez spéciale. Ou alors, j’accepte de coucher avec un autre homme et dans le feu de l’action, j’essaie de les pousser l’un vers l’autre. C’est peut-être la meilleure occasion qui ce présente à moi pour essayer de réaliser mon fantasme et donc, un soir, je lui dis que je suis d’accord pour réaliser le sien. Ça mettra du piquant dans notre vie et peut-être qu’on sera plus communicatif lui et moi. En tout cas, on aurait dit un gamin qui venait de recevoir un super jouet. Il me dit que le plus simple serait de s’inscrire sur un site échangiste et de passer une annonce. Je lui ai répondu que je le laissais gérer. Je l’ai vu dès le lendemain se lancer dans la recherche de mon futur amant. Après quelques jours, il m’a annoncé qu’il avait sélectionné quelques candidats et que je pouvais choisir celui qui me plaisait le plus. Encore une fois, je lui ai répondu que je le laissais gérer et que je lui faisais confiance pour choisir la bonne personne. Quelques semaines plus tard, Julien m’a annoncé qu’il avait trouvé l’heureux élu et qu’il avait pris rendez-vous avec lui, ce samedi pour le rencontrer. Je lui ai demandé s’il avait une photo pour voir à quoi il ressemblait. Il a allumé son pc et me l’a fait voir. Je lui ai dis, il est plutôt beau gosse, tu as bon goût sur les hommes mon chéri. En fait, je le trouve carrément super mignon. On dirait un mannequin des magazines de mode dans son costume. Je suis plutôt satisfaite du choix de mon mari.Je suis un peu nerveuse ce samedi matin. Je n’ai pas très faim au petit déjeuner, alors je pars courir pour me changer les idées. A mon retour, je passe un long moment dans la salle de bain à me préparer. Le midi, je grignote une salade, mais je n’ai toujours pas faim. Ensuite, je décide de m’habiller. Il paraît que le rouge est aphrodisiaque pour les hommes, alors je choisis des sous vêtements et une petite robe de cette couleur. Et je sais que mon mari adore cette tenue. Elle m’arrive à mi-cuisses et propose un joli décolleté. Je complète cette tenue avec des escarpins noir à talons fins. On habite à trois cents mètres du bar ou on a rendez-vous et dix minutes avant l’heure, on commence à y aller. On rentre dans le bar, repère Hervé installé à une table et on va à sa rencontre. Il se lève pour nous dire bonjour, il est grand, assez costaud physiquement. Il est habillé comme sur la photo, d’un costume, une cravate, cheveux très court, rasé de prêt. Quand je lui fais la bise, il sent bon le parfum. C’est un très bel homme, je pense d’une quarantaine années. Il a une voix très grave. On s’installe à sa table, on commande nos boissons et il demande à me parler en privé. Julien paraît ne pas vouloir, mais je lui demande de nous laisser cinq minutes. Une fois seules avec lui, il me demande si ce n’est pas mon mari qui me force pour faire l’amour edirne escort avec lui, si je suis bien consentante. Je trouve sa question très classe, je suis ravie qu’il s’en inquiète. Je lui confirme que je suis d’accord, alors il me demande si j’ai des envies particulières. Je lui pose la question de savoir ce qu’il pense de la bisexualité. Il me dit qu’il n’a jamais fait ça avec un homme, mais qu’il n’est pas forcément fermé à l’idée. Et il me demande si je veux qu’il fasse quelque chose avec mon homme.« -Non, non, non, je pense qu’il le prendrait mal, mais essayer de le toucher s’il s’approche de nous, de le frotter avec votre sexe, du style sans faire exprès pour voir sa réaction. Je vous laisse faire mais j’aimerais savoir comment il réagit. » Il me répond qu’il va essayer et me demande si j’ai d’autre souhait. Je lui réponds non et j’envoie un SMS à Julien pour qu’il nous rejoigne. On passe une paire d’heures dans ce bar à discuter avec Hervé. C’est un homme très sympathique, pas du tout timide, bien au contraire très sur de lui. Il me plaît beaucoup, sa voix grave et sensuelle m’envoute et je me dis que mon chéri a fait le bon choix. J’essaie de communiquer avec lui par des petits geste afin de savoir ce qu’il en pense et lui faire savoir ce que moi je pense mais on ce comprends pas vraiment. Je sais même pas si Julien a prévu de le ramener aujourd’hui à notre appartement ou si c’est juste un premier rendez vous pour faire un peu plus connaissance. Moi personnellement, j’ai très envie de baiser avec lui aujourd’hui. Et puis, Hervé s’excuse et nous informe qu’il s’absente cinq minutes.« -Alors mon chéri, tu en penses quoi ?-C’est toi qui doit le dire, c’est toi qui va baiser avec.-Il me plait bien, c’est un homme très charmant, poli, respectueux. Il a l’air intelligent, cultivé et intéressant. Et en plus, il est plutôt mignon et physiquement il m’attire bien. Mais il faut qu’il te convienne à toi aussi. Tu va lui prêter ta femme.-Je communique avec lui par SMS depuis quelques semaines, j’ai appris à le connaître un peu et il me plaisait déjà. Cette rencontre confirme ce que je pensais de lui. Du coup, c’est bon ? S’il te plaît à toi aussi, on lui dis de venir chez nous ?-Bah oui, puisqu’il nous convient à tous les deux »Lorsque Hervé reviens, Julien lui dis qu’on habite à trois cent mètres d’ici et lui propose de poursuivre la journée chez nous ce qu’il accepte avec plaisir. Arrivé à la maison, j’ai le cœur qui bat fort et je tremble de tout mon corps. Je me sens toute timide mais également toute excitée. Julien invite Hervé à s’assoir sur le canapé et je prends place à côté de lui. Habituellement, je ne me serais pas assise aussi prêt d’un autre homme que le mien. Mais la, nous sommes collé l’un à l’autre. Je ressens la chaleur de son corps sur le mien alors que nous sommes encore habillé. Après avoir été chercher des rafraîchissement dans la cuisine, Julien s’installe lui aussi à côté de moi, mais sans ce coller. Hervé s’adresse à Julien pour lui faire des compliments sur moi, je sens que je dois rougir. Je sens aussi la chaleur monter dans mon bas ventre et mon entrejambes qui s’humidifie. C’est bon d’entendre que l’on nous trouve jolie. Et puis Hervé demande à mon homme de m’enlever ma robe. Je ne suis pas très rassurée pour le moment, mais je me lève et pivote sur le côté, afin que mon chéri ai accès à la fermeture dans mon dos. Il la baisse jusqu’à la naissance de mes fesses. Puis, il att**** le tissu au niveau de mes épaules et fait glisser ma robe jusqu’à mes chevilles. Je dois inonder ma petite culotte tellement c’est excitant. Je me retrouve quasiment nue debout devant un inconnu. Hervé me regarde dans les yeux et plonge sa main sur mon sexe. Il me caresse la vulve, masturbe le clitoris. Il a les doigts agile qui ce promène sur ma chatte. Je ne soutient plus son regard et ferme les yeux. Je respire fort, je gémis et il introduit ses doigts à l’intérieur de mon intimité. Il me farfouille l’intérieur, c’est tellement bon que je l’entends parler à mon mari mais ne l’écoute pas. Ses doigts s’agitent au plus profond de mon sexe. Tout en me masturbant, il me reprends les seins en bouche. Il me lèche les tétons, les mordille doucement, puis plus fort. Il me mord carrément, me fait mal, il continue son traitement mais finalement, c’est trop bon ce qu’il me fait. Puis, sans rien comprendre et sans m’en rendre compte, on ce retrouve dans les positions inversées. Je suis assise sur le canapé, à côté de Julien et Hervé est debout devant moi. Il défait son pantalon et se fout à poil. Putain, quelle queue. Elle est énorme alors qu’il ne bande pas encore. Et sa paire de couilles, bien grosses et bien lourdes, qui pendent bien bas entre ses cuisses super musclées. J’hésite un peu mais j’att**** cette queue et commence à la masturber. Elle est si grosse que j’en fais pas le tour avec mes doigts et pourtant, escort edirne elle est encore au repos. Je l’att**** également sous les couilles comme pour y soupeser le contenu. Je le masturbe doucement et regarde mon chéri pour essayer de voir ce qu’il pense. Il me sourit. Ne regrette t’il pas de me voir avec cet homme ? Ou au contraire, est ce que ça l’excite vraiment ? Je ne sais pas trop à quoi il pense. Mais c’est lui qui veut vivre cette expérience, alors je vais essayer d’en profiter. J’ai la bite d’Hervé à quelques centimètres de mon visage, je la prend dans ma bouche. J’enroule ma langue autour de son grand, je l’aspire. Elle est délicieuse. Elle commence à s’allonger, à grossir et à durcir dans ma bouche. J’ai du mal à accepter plus que son gland tellement elle est énorme. Je m’applique à lui donner un maximum de plaisir. Je le suce, les yeux levés sur lui. Il est en train de finir de ce déshabiller et le haut est aussi musclé que ses jambes. Les bras, les abdominaux, les pectoraux, enfin bref, tous les muscles de son corps sont très développés. Un véritable athlète. Il reprend sa conversation avec mon chéri. Encore une fois, ces paroles sont assez humiliante, mais Julien ne répond pas. Il obéi lorsque Hervé lui demande de me masturber pour constater comment je mouille. Il a raison en plus, j’ai la chatte trempée. Julien glisse une main sur mon sexe et me caresse le clitoris. La caresse de mon chéri m’excite encore plus. Hervé m’att**** derrière la tête pour s’introduit le plus loin possible dans ma gorge. Il commence ses vas et vient dans ma bouche, essaie de me faire une gorge profonde… Il connais son gabarit le garçon, il veut m’étouffer ou quoi ? Je ne dis rien mais n’en pense pas moins. J’essaie de contrôler cette fellation avec ma main. Pourtant, il accélère la cadence, il me baise littéralement la bouche. Jamais Julien ne m’a baiser la bouche comme ça. D’habitude, c’est moi qui rythme tout quand je suce. Mais finalement, j’aime beaucoup être traité comme ça, ça m’excite terriblement. De temps en temps, il caresse son sexe sur mon visage. J’essaie de garder le contrôle tout de même, le masturbe à chaque pénétrations de sa queue dans ma bouche, lui caresse les couilles. Au bout d’un moment, il stop ses vas et vient et profite de se que je lui fais. J’utilise tout mes pouvoirs et mon savoir faire à le faire monter au septième ciel. Mais pour le moment, c’est moi qui suis en train de grimper aux rideaux, car mon mari me masturbe toujours et c’est un expert avec ses doigts. Je sent mon plaisir monter, je suis sur le point d’exploser de jouissance, lorsque Hervé se retire de ma bouche et demande à Julien d’arrêter de me masturber. Merde, il me fait quoi ? Pourquoi il stop tout maintenant ? J’allais jouir la, c’était trop bon. Finalement, je n’ai pas vraiment le temps de reprendre mon souffle, Hervé se place entre mes cuisses et commence à me bouffer la chatte. A la vache, c’est exquis. Les quelques secondes de repos entre l’arrêt de la masturbation de mon homme et le début du cunnilingus de mon amant on suffit à faire redoubler le plaisir que je ressens. Sa langue danse à merveille sur mon clitoris et sur ma vulve. Je jette un coup d’œil à mon mari et explose dans un orgasme très puissant. J’ai une drôle de sensation qui se mélange à mon orgasme. Je ne me souviens pas avoir jouie si fort un jour que j’en ai presque honte. Mais je n’ai pas vraiment le temps d’y penser que Hervé, est déjà en train de pointer son gland à l’entrée de ma chatte et d’une poussée, s’introduit entièrement dans mon intimité. Je pousse un cri de satisfaction et de surprise, je pensais qu’il allait y aller doucement vu la taille de son outil. Mais pas du tout, il y va à fond directement. Il se retire et me pénètre de la même manière, tout aussi brusquement que la première fois. Nouveau cri mais plus de surprise, juste de satisfaction et de plaisir. Il commence à me baiser dans un rythme plutôt lent. Je ressens bien la grosseur de sa queue dans ma chatte et savoure ce moment avec délice. Il accélère la cadence et je crie, hurle quasiment de jouissance à chaque coup de rein de mon amant. Je regarde mon mari dans les yeux pendant qu’un inconnu me baise comme jamais on m’a baiser. Il me sourit, je pense qu’il apprécie vraiment la situation. Je pose une main sur son sexe et constate qu’il a une grosse érection coincée dans son pantalon. C’est dommage qu’il souhaite juste me regarder baiser avec cet homme, qu’il ne souhaite pas participer. En tous les cas Hervé, lui, me baise à fond. Le plaisir que je reçois est incroyable et je sens qu’un nouvel orgasme est en train de monter. Je ne tiens plus le regard de mon homme, ferme les yeux et je suis emportée dans une jouissance encore plus forte que la première. Cet homme est très doué pour mener une femme dans un monde de plaisir extrême. Et pourtant, je n’arrive pas à me libérer edirne escort bayan complètement. J’ai de nouveau honte de jouir si fort devant mon mari qui ne m’a jamais emmené aussi loin sur la route du plaisir. Hervé se retire de ma chatte et nous demande de nous placer en position soixante neuf. Il veut que Julien me lèche la chatte pendant qu’il va me baiser. Ça, c’est en rapport à ce que j’ai demandé, mon homme va avoir la queue d’Hervé très proche de lui. Mon mari s’allonge sur le canapé et je me place au dessus. Il plonge directement sa bouche sur ma chatte pour me lécher. J’adore quand il me fait cette caresse, c’est trop bon. Je pose mon visage sur son sexe, malheureusement emprisonné dans son pantalon et constate qu’il bande toujours très fort. Pendant ce temps, Hervé c’est placé entre mes cuisses et comme à son habitude, il me pénètre à fond, sans ménagement. Ah putain, que c’est bon, en fait je voudrais pas qu’il le fasse autrement. Aussitôt, il entreprend de me baiser intensément, me tire les cheveux, c’est super jouissif. Et quelle sensation exquise que de ce sentir rempli par cette queue inconnue et de ce faire bouffer le clitoris par son mari. J’espère qu’il va oser donner des petits coups de langue à cette bite qui me pilonne. Lorsque Hervé s’adresse à Julien pour lui demander s’il aime avoir ses couilles sur son visage, j’ai mon cœur qui fait des bons dans ma poitrine. Comment mon chéri gère t’il la situation, est ce que ça le dérange ? En tout cas, il continue à me lécher le clitoris sans broncher. Moi, ça me rend super heureuse et je me sent comme une véritable chienne en chaleur, prise en levrette. Je ne repousse même pas les doigts qui me fouillent l’anus. Bien au contraire, je sens que je ne vais pas résister longtemps à ce traitement. La langue experte de Julien qui me bouffe le clitoris et Hervé qui me fait une double pénétration avec sa grosse bite et ses doigts, me font partir dans un nouvel orgasme très puissant. Je suis en pleine jouissance lorsque Hervé m’annonce qu’il va me sodomiser. J’ai juste le temps de penser que sa bite va me déchirer, que ça ne va jamais passer, qu’il est déjà en train de forcer mon anus. J’essaie de me détendre, mais le passage du gland me font pousser un cri, non pas de douleur, mais plutôt d’une sensation de gène. Et sans la moindre hésitation, Hervé me pénètre entièrement. Il m’att**** par les hanches et commence une baise lente. J’ai déjà été sodomisé deux, trois fois par Julien ou mes amants mais c’est pas ce que je préfère. Là, c’est différents. Le contexte déjà, Julien qui continue de me lécher la chatte et également la taille de la bite qui me pénètre, font que j’apprécie cette sodomie. Je crie à chaque va et vient. Mais Hervé ne sais pas rester tranquille, il accélère la cadence. Putain, finalement c’est trop bon. Je hurle mon plaisir pour l’encourager. Il me sodomise à fond, sort sa queue de mon anus, pour la ré introduire entièrement. Il en profite bien le salop. Moi aussi d’ailleurs. J’en profite tellement que je finis par jouir une nouvelle fois. Un orgasme tout aussi puissant que les précédents me terrasse. Je suis à bout de force, vidé de toutes mon énergie. Une fois remise de cet orgasme, Hervé ce retire de mon anus et nous demande de nous assoir sur le canapé. Il se place debout devant moi et attire ma tête vers son sexe. Je le prends en bouche, le suce pendant qu’il se masturbe. Il souffle de plus en plus fort, il ne devrait plus tarder à jouir. Je continue de le sucer, j’ai envie qu’il se vide dans ma bouche. Il vient, il va jouir mais, il se retire de ma bouche et éjacule sur mon visage. Un premier jet de sperme me surprend et je sursaute lorsqu’il s’écrase en pleine face. Un deuxième puis un troisième jet, finissent sur mon front, mon nez. Et c’est pas fini, il continue de déverser son sperme, en grosse quantité, sur mon visage. Julien ne m’en a jamais fait. Et je suis plutôt bien arrosé. Il se rapproche un peu plus de moi, un jet s’écrase sur mes lèvres et je le reprends en bouche. Je le pompe, le suce, il déverse encore un peu de son sperme dans ma bouche. J’enroule ma langue sur son gland. Puis, il se recule, me regarde et demande à Julien de me nettoyer avec sa bouche. Je lui souris, avale le sperme que j’ai dans la bouche et tourne la tête vers mon mari. Lui, regarde Hervé plutôt furieusement. Puis il tourne la tête vers moi et je lui souris pour l’encourager, pour l’inviter à venir me nettoyer. Il hésite et fini par s’approcher. Il m’embrasse. Sa m’excite énormément. Il me lèche, je respire fort, il ressent que sa me plaît. Il me bouffe le visage, nettoie tout le sperme, ne recrache rien. Mon homme vient de passer un cap dans sa vie sexuelle et je suis aux anges. Hervé c’est déjà rhabiller et nous regarde. Il remercie mon mari pour le moment qu’il vient de passer. Puis, il me remercie également et me demande s’il a répondu à mes attentes. Je lui réponds que c’était très agréable et qu’il a parfaitement répondu à mes attentes. Bien plus que je l’imaginais.Après un dernier petit verre, bien mérité, on ce dit au revoir et mon amant d’un soir s’en va.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 34 Singeries

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 34 SingeriesOn marche vers l’endroit où les touristes viennent voir les singes. Il y a des gens qui en reviennent et se dirigent vers les cascades. J’ai toujours autant de succès dans ma djellaba… révélatrice. Dès qu’on est sur le site, les singes entourent leur “soigneur” qui dépose différents fruits et biscuits par terre. Il me dit : — Je vais faire quelque chose pour qu’il soit gentil avec toi. Après avoir ouvert un petit pot, il me dit : — Prends un peu de pommade et mets-la sur tes fesses — Vous êtes sûr qu’ils ne vont pas me mordre ou me griffer?? — Je te jure, fais-le, tu vas t’amuser. Je suis folle, non?? C’est que vous pensez, je suis sûre que vous vous dites cette fille est folle et… vous avez raison, car je prends un peu de pommade et j’en mets sur moi. Plus précisément entre mes jambes… Je regarde les singes en me demandant si l’odeur va arriver jusqu’à eux. Le plus grand des mâles hume l’air et me regarde comme si j’étais une énorme friandise. Il n’y a plus un bruit, les autres singes regardent leur chef qui se dirige vers moi… J’ai un peu la trouille, là… C’est à ce moment qu’on entend des gens s’approcher, une dizaine de personnes avec un guide et je peux vous dire, moi qui ai vécu en Roumanie, que ce sont des Russes. Ce sont des touristes bien habillés, mais déjà un peu bourrés… Normal pour des Russes à 4 h de l’après-midi. Le guide vient embrasser Juan et Ajdir, puis il leur demande : — Qu’est ce que vous faites?? Juan répond : — C’est… pour une expérience scientifique. Cette jeune femme est étudiante en comportement a****l et elle veut vérifier si le mâle alpha va l’entreprendre sexuellement. En résumé, si le singe mâle va monter la femelle humaine. Le guide traduit tout pour les Russes, qui ont un peu de mal à comprendre… L’un d’eux réalise cependant qu’on travaille pour la science. Juan s’adresse au guide : — J’ai une idée. Dis-leur que normalement, ça se fait très discrètement, un peu plus loin. Mais s’ils veulent assister à l’expérience, il faudra participer aux frais. Eh?! Il perd pas le Nord, mon Don Juan. Il me demande : — Ça ne te dérange pas, hein?? — Pas du tout?! Tant qu’à me faire monter par un macaque, autant que ça se fasse en public et que ça rapporte quelque chose ! Comme vous vous en rendez compte, je suis légèrement sarcastique. Le guide traduit tant bien que mal en russe, tandis que le mâle alpha me fait une cour de plus en plus pressante. Bon, faut que je prenne les choses en main… non, je ne parle pas des couilles du mâle, mais de la traduction. Je demande en anglais aux Russes : — L’un de vous parle anglais?? Plusieurs répondent “oui”. — Bien… Alors, le soigneur des singes souhaiterait une participation financière de votre part, ça permet de les nourrir. Et vous pourrez assister à toute l’expérience. — Tu seras toute nue ? demande l’un d’eux. — Oui. — Cinq cents $ si on peut prendre des photos. Oh putain?! C’est beaucoup?! Je traduis à Juan : — Il propose 500 $. Juan fait la tête d’un enfant, le jour de la Saint-Nicolas, quand il aperçoit une chiée de super jouets dans ses petits souliers. Il répond : — Super ma chérie (!). Enlève ta djellaba. Oui mais alors, je serai nue en public… balıkesir escort j’adore l’idée?! Je l’enlève avant de dire aux Russes : — Le soigneur est d’accord, il vous remercie pour les animaux. Ils ont tous sorti leurs appareils photo pour me mitrailler. Y compris quand je tends la main pour prendre les billets. Oui, d’accord, je suis folle. Et si mes beaux parents voient un jour ces photos, ils tombent raides morts… Du coup, Julien, donc moi, héritons d’une demi-usine?! Je donne les billets à Juan, tandis que le “soigneur” me passe encore un peu de pommade sur les fesses en disant : — Commence par t’asseoir. Le mâle me renifle à toute allure. Quand je suis assise, on a à peu près la même taille. Il s’approche de moi et il essaye de me faire basculer. Ajdir me dit : — Maintenant, mets-toi à 4 pattes en écartant bien les cuisses, le ventre près du sol. Je ne sais pas si c’est très correct comme position, mais ça plaît au mâle qui me lèche la chatte. Oh?! C’est mignon, je ne savais pas que les singes faisaient ça, mais pourquoi pas… Après un moment, il saute carrément sur ma croupe. Ouch?! il est lourd. Ajdir m’encourage : — Cambre-toi bien. OK et là, je sens son sexe contre ma chatte. D’accord, Julien et lui, ils sont assortis, mais il arrive quand même à enfoncer un tout petit peu son sexe dans ma chatte. Il se met à me baiser à toute vitesse. Je sens ses poils me caresser les fesses et le sexe… Ça pourrait devenir bon, sauf que… il jouit et descend de mon cul?! Ah, c’est bien un mâle, dès qu’il a fait sa petite affaire, il se tire pour aller fumer une cigarette Ajdir me dit : — Reste comme ça, il va laisser les autres mâles te monter. Ah, ben oui, il a les idées larges?! Un autre mâle me saute sur le cul, s’enfonce un peu en moi et jouit. Les Russes sont ravis?! Et ça ne fait que commencer : sept mâles me montent à la suite et au cinquième… je jouis. Oui, ma chair est faible : il suffit qu’une bande de macaques me montent à la chaîne pour que je prenne mon pied. Juan me dit : — C’est fini Samia, tous tes amoureux sont passés. Je me relève, les jambes un peu tremblantes. Je sens du sperme couler le long de mes cuisses. Eh?! Ça peut pas se reproduire, une femme et des macaques, hein?? Les Russes m’entourent, enthousiastes. Ils me félicitent pour cette belle expérience scientifique. Celui qui parle le mieux anglais me dit : — C’était… magnifique. Le guide leur dit quelque chose dans son russe approximatif. L’homme s’adresse à moi : — On doit y aller… à cause d’un rendez-vous, mais tiens. Il me donne encore 2 billets de 100 $ et sa carte de visite. Je réponds : — Merci, c’est très gentil. — On se reverra. Appelle-moi. Il m’embrasse sur la bouche. Il est sympa et pas mal en plus dans le genre “Russe viril”. Le guide leur dit quelque chose et ils s’en vont, en m’envoyant des baisers. Je les att**** au vol?! C’est mignon d’att****r des bisous au vol après s’être fait baiser par une bande de macaques. Je remets la djellaba. Juan me dit : — On peut garder les 500 $ pour les animaux ? — Mais oui, mon chéri. Je suis euphorique. Il faudrait me faire jouer plus souvent avec des singes… On voit arriver un Djibril tout excité, pour changer. escort balıkesir Il me dit : — Eh, faut te dépêcher, tu dois te changer… et tu as bien salopé la djellaba de Zita. Bien fait?! Il me renifle avant d’ajouter : — Et puis… tu as une odeur forte. T’as pris un singe dans tes bras?? — Ben, oui… C’est pas tellement que j’ai pris un singe, c’est plutôt que j’ai été prise par une bande de singes. Juan lui dit : — Elle peut se laver chez moi — Oui, bonne idée. Le reste va à toute vitesse. Nous allons chez Juan, je me lave. Djibril ne veut pas que je remette la djellaba qui pue. Résultat, je rejoins la grande tente à poil?! Ah oui, on m’aura appris à être pudique, ici. On va derrière la tente. Josiane est déjà déguisée en soubrette de film porno : uniforme court, bas qui s’arrête à mi-cuisse. Elle me demande : — Qu’est-ce que tu as fait?? — Je te raconterai. Djibril crie : — Change-toi, Samia?et Julien aussi ! — Je dois me changer en quoi, Monsieur Djibril?? En fille pudique?? Il ne répond rien, mais je crois l’entendre grincer des dents, là. Bon, je me change, Julien aussi. On devient des soubrettes dont une a un pénis de quelques centimètres, ce qui ne compte pas. On arrive sous la grande tente pour servir les investisseurs et là… oui, vous avez deviné. Mais moi, pas encore à ce stade : je me retrouve nez à nez avec les Russes de tout à l’heure. Ils me regardent, très surpris, moi encore plus qu’eux. Je mets vite mon index verticalement devant mes lèvres, ce qui signifie “Soyez cool, les mecs, ne dites pas que je me suis fait tirer par une bande de macaques.” Il y a aussi des personnalités Berbères, mais pas de religieux. Ce qui vaut mieux, vu la façon dont on est habillées et la tournure que risque de prendre la soirée. Josiane, Giulia (mais oui, vous savez bien, c’est Julien en fille) et moi, on apporte les boissons qu’ils demandent. Il y a un vrai traducteur. Je vais un peu me frotter au Russe qui m’a donné sa carte et des $. Il me dit en anglais : — Quelle joie de te revoir?! — Je suis très contente aussi, mais un peu gênée. — Mais non, tu étais si belle au milieu de ces animaux. — Merci, vous êtes gentil. Je dois servir, mais je ne suis pas loin. Il passe la main sous ma jupe et me caresse les fesses, ce qui est facile, vu que – vous n’allez pas le croire – j’ai oublié de mettre une culotte. Oui, je fais fort depuis que je suis dans l’Atlas. Il y a une quinzaine de convives, dont deux jolies filles blondes, certainement des putes. Côté Berbères, il y a des chefs qu’on a servis hier, puis Djibril et Malha dans un tailleur rouge très classe. Moi, je ne m’occupe que des Russes, ce sont mes amis. Ils picolent sec, nous, pas. Djibril nous a dit : — Après le dessert, vous pourrez boire. Et on pourra manger aussi, j’espère. Djibril a prévenu les invités que Giulia était un peu mi-chair, mi-poisson. Ça n’a pas l’air de déranger les Russes. Au contraire, ça les amuse. Dans la cuisine improvisée, Robert aide un homme à tout préparer. Heureusement, pas de Tifa en vue, elle est peut-être décédée?! On apporte enfin les “desserts du désert”, le jeu de mots n’est pas de moi. Il y a plein de pâtisseries plus sucrées les unes que les autres, balıkesir escort bayan comme vous savez. Trois musiciens s’installent et commencent à jouer. Malha est avec eux et elle chante… bien. Ensuite elle retourne à sa place et c’est au tour d’une danseuse sexy de se produire devant les invités. Mon ami russe m’a assise sur ses genoux et me laisse picorer dans son assiette et boire de sa vodka. Putain, ça fait du bien?! La fille nous offre une danse du cul de toute beauté. Une danse de cul, c’est comme une danse du ventre, sauf qu’on remue son cul. Comme elle n’est vêtue que de quelques voiles transparents, ça fait son petit effet. Elle termine sous les applaudissements. Après quelques verres de vodka, me sentant un peu planer, je dis au Russe : — Je sais aussi danser. — Vraiment?? — Ouais, surtout le flamenco. Je remonte un peu la manche de l’uniforme pour lui montrer mon tatouage de danseuse. C’est ballot, parce qu’il dit aussitôt de sa grosse voix : — Samia va danser !Oh putain, le con?! Je l’ai cherché aussi. Bah… pourquoi pas?? D’autant que cette soirée va dégénérer en partouze. Je retire mon uniforme sous les cris enthousiastes et les rires des Russes et je vais prendre la pose uniquement vêtue d’une fine couche de sueur. Il fait très chaud?! Je demande aux musiciens : — Vous pourriez jouer une musique espagnole, genre flamenco?? Mais oui, ils peuvent?! Vous avez peut-être remarqué comme il y a des similitudes entre la musique arabe et la musique espagnole. Je danse nue, en levant les bras, en claquant des doigts et en tapant du talon ce qui provoque une onde de choc qui fait bouger mes seins et mes fesses d’une façon très sexy?! Mon Russe pousse des cris et tape dans les mains?! Quelle fougue et… il faut bien le dire, quelle danseuse ! Les autres sont déjà tous dans la partouze russo-berbère. Un Russe se fait sucer par Josiane, un autre par Giulia… Tandis que les Berbères jettent leur dévolu sur les putes blondes et la danseuse de ventre. Malha a disparu?! Quand j’ai fini de danser, “mon” Russe se lève et me tend la main en disant : — Viens… Aaah, bon… Il en fait des manières, il suffirait qu’il me dise “suce-moi la bite, belle danseuse”. Après avoir quitté la tente, il me dit : — Je voudrais aller sur un lit avec toi. C’est possible?? — Oui… il y a des lits de camp. On va sous la petite tente sous laquelle on a dormi. Et là, au lieu de me prendre “à la moujik”, il me lèche la chatte, puis me baise comme le premier missionnaire venu, tout en m’embrassant. Il jouit en moi et il a l’air… au 7e ciel. Il m’explique : — J’avais trop envie de toi. Dis, j’ai une question à te poser. Tu crois que ça pourrait marcher un parc d’attractions, ici ? — J’en suis persuadée. — On t’a promis quelque chose, si on signait?? Très vite, je me dis “J’mens?? J’mens pas??” J’sais pas… alors je lui dis : — Une petite maison dans le village à partager avec Josiane. Mais sincèrement, je crois que c’est un bon investissement. — Bien, je vais signer, ce projet me plaît et toi aussi, tu me plais. Je suis actionnaire d’une société de gaz naturel et je vais avoir beaucoup de travail, mais dans trois mois, j’aurai une importante proposition à te faire. Écris-moi ou demande à Djibril de me transmettre le message, tu ne le regretteras pas. — Je le ferai sans faute. Il m’embrasse encore… et même plus, puisqu’on a des affinités. A suivre. Si vous aimez cette histoire, soyez gentil de lever le pouce vers moi

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Conversion au sexe

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Conversion au sexeJe ne sais pas pourquoi je fais effet aux hommes et cela s’est accentué avec le temps. Je pourrais m’en tenir à l’explication de mon plus vieil amant, un copain de mon père. Celui-ci m’a connu frêle adolescente. Il m’a dépucelé. Il m’est resté comme un père. Il m’avoua quelques années après qu’il m’eut débauché et défloré comme par jeu qu’en impénitent libertin cochon, il faisait de même avec d’autres jeunes filles dont celles de ses amis. J’étais alors fraîche et jolie mais de façon banale. Il put observer cependant tel les autres hommes, l’évolution et épanouissement sensuelle de ma beauté.Pour dire vrai je n’étais pas portée sur la chose. Là-dessus des copines dévergondées n’étaient pas parvenues à me convaincre. Au contraire je trouvais scabreux que nombre de gens en fissent une montagne. Je fus flattée d’un mariage avec un beau parti de la région. Dans l’euphorie du moment nous nous convainquîmes d’être amoureux et conçûmes dans le mouvement de jolis bambins. Je ne regrette rien. Je fus heureuse. Même je vis avec tout le fatalisme requis mon cher mari collectionner les maîtresses. L’éducation des enfants et une riche vie professionnelle me consolèrent un temps.Je n’eus pas moins des alertes quant à mon comportement. Je dus à mon vieil et premier amant la première rechute. C’était à la Saint Sylvestre. J’étais sous le coup d’un indéfectible blues. Il est vrai qu’à l’horloge de ma vie, il avait sonné déjà le glas fatidique des quarante ans. Du coup je fus frappée de l’inanité de ma vie. N’avais-je pas fait fausse route ? Tout n’était-il pas nul dans mes choix et mes combats ? Je mesurais la médiocrité voire le néant de mon conjoint. Un type plat, médiocre, égoïste. Il m’avait indubitablement volé mes années. J’avais pris des rides et du poids.Ce soir-là mon vieux libertin voulut me convaincre. Il me parut ainsi sincère lorsqu’il dit : « Tu as embelli. Tu es devenue une femme majestueuse à la sûre sensualité. Tu ne feras pas accroire que les hommes te dédaignent et ne t’adressent des fois un témoignage d’admiration. » Il disait vrai. Je constatais que je suscitais un certain trouble dans des endroits où se trouvaient des hommes. Ceux-ci se retournaient. Je n’avais plus peur maintenant d’affronter leur regard et même leur adresser un sourire en guise de remerciement. Il faut souligner qu’à cette époque j’avais sacrifié à un autre style.C’est drôle mais j’avais vaincu les dernières réticences d’une ancienne pudibonderie et nous devions cela à une circonstance des plus singulières. Un soir je m’étais invité inopinément au bureau de mon mari. Je devais comme souvent l’attendre dans la voiture au bas de son immeuble. Cependant une envie de pipi m’obligea irrémédiablement à requérir les toilettes. Je saluais la standardiste et fonçais, empruntant un long couloir menant au lieu idoine. C’est à ce moment qu’une porte s’ouvrit et que fus face à la blonde Magalie, la plus ancienne des secrétaires de mon cher et tendre mari.Je savais que c’était une des anciennes pratiques. Il avait du la sauter régulièrement avant que d’autres jeunes et fraîches l’eût supplanté. Elle ne s’en gaussa pas moins de moi ce jour-là. Elle dut être humiliée surtout que je fus embellie tandis qu’elle déclinait. Juste revanche. Elle avait pris du gras la garce et on eût dit que son visage tout enlaidi avait payé ses vices. N’empêche elle était fardée plus de raison tel une pute et surtout elle portait ce soir-là hauts talons, bas et une mini-jupe noire moulante. C’est à un tel harnachement qu’elle devait encore séduire et se faire sauter.Je ne fus pas loin dans la voiture de gourmander mon mari sur le look de sa Magalie. J’eus pu lui dire : « C’est un scandale qu’elle s’affuble ainsi tant à l’égard de ses collègues que des clients ou autres. Elle ferait mieux l’affaire sur un trottoir, rue Saint Denis. » Je n’en avais pas moins été troublée qu’une femme de cet âge osât encore solliciter de cette façon le désir des hommes. Je lui concédais quelque part un certain courage et une audace indéniable. Bref elle m’en comptait. J’eus bientôt envie de l’imiter ou du moins d’entrer dans la même voie. J’adoptais bientôt bas et escarpins.J’eus peur surtout des regards et remarques des proches dont mon mari. Celui-ci au contraire m’en félicitât n’en paraissant nullement choqué. Cet imbécile aurait pu quelque part s’en émouvoir. Il aurait pu se dire : « Bizarre ce changement de look. Doit-on cela à ce qu’elle a un amant ?» Les autres mâles à présent ne m’en témoignèrent pas moins leur regard concupiscent. J’atteignais à un succès au-delà de mes projets. J’eus honte. Un temps je balançais pour revenir à mon style initial mais le démon de l’expérimentation et de l’aventure m’avait touché. J’outrais le maquillage.Je pouvais soutenir sans faillir le regard d’un home pour peu qu’il fut assez loin et ne put rapidement m’aborder. Ainsi m’enfuyais-je après avoir passablement allumé. Je n’étais pas peu fière de ce minable exploit qu’expérimente la moindre gamine aux aurores de sa sensualité. En fait je rattrapais mon temps perdu. Le démon de midi m’avait foudroyé. J’avais glissé sans le savoir mon doigt en un engrenage fatal. C’est alors que survint ce fameux jour de Saint Sylvestre. J’étais en confusion. Le vice naissant le disputant encore à la honte. J’avais bu plus que de raison. J’y étais la proie indiquée.Mon vieil amant en libertin achevé mesurât toute l’opportunité d’une belle prise. Il y avait foule en cette soirée. On pouvait s’y perdre dans ce palace aux multiples hatay escort salons. Nous venions de passer minuit. On dansait et faisait sauter les bouchons de champagne. Je venais d’apposer sur la bouche du mari un baiser qu’il m’avait rendu froidement. Je vis qu’une jeune femme blonde le taraudait. C’est sur une chaise avachie que mon vieil amant me surprit. Il tint à tout prix à me tenir compagnie. Sobrement il diagnostiquât ma mésalliance avec mon mari. Il ajoutât : « Tant pis pour lui ce con ! »Il commençât à louer mon changement d’apparence. Je n’avais jamais été autant si désirable. Il croquait impunément du regard mes cuisses. Ma mini-jupe étant à cet égard indécente. Je n’avais de cesse de repousser les avances des mâles par trop échauffés. Je voulais fuir ce lieu de perdition. J’en fis la confidence à cet ami. Il me dit qu’il connaissait un petit salon dont il avait la clef et où l’on pourrait se poser tranquilles. Plus tard j’appris qu’il était ami du maître de ces lieux. En effet nous fûmes bientôt dans ce boudoir. Loin du brouhaha nous avions emporté du champagne et des coupes.Il me fit énormément parler. Nous revînmes aux temps de ma jeunesse. Cette évocation à l’instant présent m’émut. Le champagne coulait. Le désir montait insinuant. Je vis trop tard sa main sur mes cuisses remontant sous ma jupe jusqu’à la culotte. J’étais molle et lasse. Je pris cela tel une libération qu’il apposa ses lèvres sur les miennes. Il semblait que j’attendais cette échéance depuis longtemps. On put rêver un autre prince charmant que ce vieux grigou mais en termes de belle au bois dormant n’étais-je pas devenue une putain, une femme facile, un objet de convoitise pour les hommes ?Il était maintenant tard pour résister, pour renoncer. Dès que le champagne est tiré, il faut le boire. Dinde du nouvel an, je devais irrémédiablement passer à la casserole. En un état curieux d’indifférence on eût dit que je me dédoublais. De là-haut je considérais en ange tutélaire, la pétasse en bas qui se faisait sauter. Celle-ci peut-être de façon malhabile avait pris en bouche le sexe de son amant. Celui-ci avec quelque v******e lui ployait la tête. Il l’insultait. Le mot de salope revenait souvent. Lui relevant la jupe, il avait enfoui à présent son groin entre ses fesses. Elle jouissait.Plus que de sucer j’avais je m’en souviens adoré qu’il me bouffât le cul. En d’autres temps j’eus trouvé cela sale, ignoble. Là ce fut une indicible révélation. Quel plaisir d’être mangée et savourée de cette façon. Mes chairs heureuses sonnaient à la cantonade tels des cloches dans leur beffroi. Surtout je jouissais de n’être plus qu’objet et morceau de viande tout à la fantaisie de ce mâle qui m’importait d’autant qu’il me répugnait. Je découvrais là l’indice que ma jouissance était condition que je fus soumise et humiliée à la fois. Il usait de moi telle une traînée et ainsi renaissais-je.Rien ne me fut épargné durant cette heure. Vers la fin, je protestais à son projet de me dépuceler par le cul. J’avais toujours refusé cela à mon mari subodorant que c’était là son vice. Qu’il faisait cela avec ses amantes. En cette nouvelle année il était bon sûrement de céder enfin sur ce point. Il fallait marquer un changement des temps. Je devais être adoubée, baptisée putain devant l’Éternel. En un profond râle, il m’enculât. Je ne pus réprimer un cri de douleur. J’eus des larmes d’abord. Peu après la jouissance fit son chemin. Nous réitérâmes un peu plus tard. Là je fus au comble de mon bonheur.Il tint trois jours plus tard à me sauter dans un hôtel. Pouvais-je refuser à ce si vieil ami. Du reste il partait pour six mois à l’étranger. Je ne le reverrais de suite. Peut-être m’oublierait-il dans d’autres bras de femme. Je lui savais gré d’avoir sauvé mon nouvel an et de m’avoir consolé d’un mari si ingrat. Je crus être quitte de cette expérience troublante et hors norme. Je mis cela sur le compte d’une soirée trop éméchée où j’avais été bouleversée par le temps qui passe. Je me promettais de ranger cet épisode scabreux au tréfonds de ma mémoire. Ce n’avait été qu’un moment d’égarement.Je n’en avais pas moins été affecté dudit épisode. On n’est pas impunément mordu par un scorpion. Son venin s’était inséminé en mes veines. Mon Dracula avait réussi son coup. Je percevais qu’à mon tour je devenais une de ces ignobles créatures. A présent dans le métro outre de soutenir les regards, je me laissais approcher et échangeait quelques paroles avec un dragueur avant que de m’enfuir. Même un soir dans la rame bondée avais-je laissé un petit vieux glisser sa main sous ma jupe. Je lui savais gré qu’il fut discret et le laissais faire. Un doigt fureta tout un quart d’heure dans mon trou.J’avais sauté le pas après avoir consulté certains sites sur le net et avais acquis des godes et autres pour me caresser en catimini. Je n’avais pas dédaigné en emporter au bureau pour me faire plaisir à des pauses aux toilettes. Je n’épargnais pas mon trou de cul dans ces exercices. Le mot enculer me faisait vibrer. Quelque part il me tardait que mon vieil amant revint de son voyage pour me faire cela. Quel ne fut mon dépit d’apprendre qu’il prolongeait celui-ci. Cette déception ne fut pas rien en ce qui survint peu après. Le hasard fait certes bien les choses mais il répond souvent à une nécessité.Mon mari était inconséquent dans ses affaires. Je sus qu’il faisait des dettes. Il m’en cachait tant qu’il pouvait les faits. N’empêche un matin j’ouvris malencontreusement un courrier de la banque. La lettre escort hatay en son fond était furibarde. On parlait de découvert. Les agios étaient monstrueux. Je crus devoir courir à la banque voir notre conseiller, être qui me répugnait par ailleurs. C’était un dénommé Hindi, un type basané au type indien, chauve et replet et qui derrière ses petites lunettes m’offensait par son regard lubrique. Dans la panique je vins là-bas nippée en mini-jupe et escarpins.Ma démarche je m’en avisais tard était un peu inconséquente. Je ne savais pas disputer le bout de gras avec un financier. Je n’étais pas rompue à ce genre de débat. Il aimerait me balader et m’écraser de ses mépris. Aussi fus-je devant lui penaude baissant les yeux Son ton radouci cependant me fit recouvrer peu à peu mes esprits. Il se voulait rassurant. Il me comprenait. Il me plaignait d’être la victime des foucades d’un mari. Je m’avisais trop tard qu’il me draguait et n’ayant qu’une idée en tête. Enfin relevant la tête je vis son regard posé et perdu sur ma cuisse. Ce porc voulait me sauter.Aussi repris-je mon souffle et prenant mon courage à deux mains, je dis : « Y-a-t-il moyen d’arranger la chose ? » Je ne fus pas peu surprise de mon propos audacieux mais il était déjà trop tard. Je vis un sourire illuminer le visage de ce cochon. Il n’en attendait pas tant. Tel Jupiter tonnant il voulut à partir de là me démontrer son pouvoir immense sur l’institution. Sans ambages il me dit : « Oui il m’est moyen d’effacer nombre de choses. Même de remettre les compteurs à zéro. » Il avait cet air non équivoque De ces types qui dans un bar vous proposent de les suivre jusqu’aux toilettes.En d’autres temps j’eus rougi là je fis montre d’un calme imparable et poursuivit du même ton : « Je vous en saurais gré. Je veux sauver l’honneur et la situation financière de ma famille. J’aimerais pouvoir compter sur vous. « Il jubilait. Se faisant bon prince, il rétorquât ; « Je ne veux pas vous décevoir. Vous êtes ici des clients historiques. Je vais faire ce geste pour vous. Cependant je poserais une seule condition. » Je le voyais venir ce porc avec ses gros sabots. En effet il ne me proposa pas moins que de déjeuner un jour avec lui. Ce devait être un jour où il serait de relâche.Au sortir de la banque je dus constater sans amertume que je n’éprouvais nul honte à ce que j’avais dit et fait. Je m’étais comportée avec le plus de naturel comme une petite roulure. Il m’importait peu de ce que cet ignoble individu pensât de moi. J’avais idée qu’il avait du dépanner de telle façon nombre de clientes, proies faciles. Je regrettais juste de ne l’avoir fait lanterner plus. Décidément j’étais devenue en peu de temps une femme facile. Bien sûre mon mari n’en saurait rien. Je préservais mes intérêts et ceux de mes enfants. J’avais depuis longtemps fait le deuil de ma vertu.Je voulais choquer ce jour-là. Par ailleurs c’était une occasion d’inaugurer quelques achats fait sur le net. Ainsi fut-ce pour mes bas, escarpins, haut et culotte transparente, une première sortie. Nantie d’un petit manteau ce ne fut que dans la voiture que le cochon put découvrir et se repaître de ces fulminants détails. Pour dire court, on m’eût pris facilement pour une prostituée aguichant un client. Je m’avisais trop tard que je déparais dans le restaurant. Puis je vins à le concevoir comme un défi. J’étais fascinée de ma récente évolution. Transgresser m’était devenue comme une seconde loi.Mon indien ne se gênât que peu. Il avait compris à qui il avait affaire. Vite sa main s’apposât sur ma cuisse qu’il employât à caresser et pétrir. Imperturbable et enjoué à la fois, il continuait à papoter. Je sus qu’il était marié, avait six enfants et retournait régulièrement au pays. Je connaissais cette auberge où il me menait. Elle était réputée pour sa cuisine mais aussi pour ses chambres du dessus où on pouvait y amener une gueuse. Dans le parking, il voulut s’assurer de ma bonne volonté. Il m’ordonnât de lui prodiguer une pipe. Je m’exécutais. J’avais fait des progrès en suçant un gode.Je pris mon temps. Je n’avais cure qu’autour le badaud perçut ce qui de cochon s’effectuait dans le véhicule. Mon indien ne se réjouissait pas moins de ce comportement insane. Je dévorais cette queue, ce beau fruit dont j’avais maintes fois rêvé ces derniers temps. Mon sucé me donna un satisfecit. Je pris son compliment de bon gré. Je concevais que ce cochon avait quelque expérience là-dedans. J’éprouvais la fierté de la pro dont on loue le mérite. J’étais encouragée à poursuivre dans cette voie et à m’y parfaire. Nous décidâmes enfin à rentrer au restaurant. Mes jambes flageolaient.L’idée me traversât qu’outre mon look on avait déjà médit sur ce que j’avais réalisé sur le parking. Bref on savait que ce type basané ramenait une pute racolée on ne sait où. Je tirais nerveusement et en vain sur ma jupe trop courte. Je baissais la tête de peur de croiser des mines narquoises. J’avais honte notamment des regards féminins. Je me souviens d’avoir insisté pour aller à une table à l’écart où nous serions peu exposés à une curiosité malsaine. Je vis que le serveur était un bon ami de l’indien. Il osât me courtiser : « Votre amie est charmante. » Je ne savais si je devais m’offusquer.Je pus interpréter plus tard cette désinvolture comme une preuve que M Hindi devait être coutumier de ramener ici des femmes de mauvaise vie. Aussi mon look sulfureux ne semblait pas étonner le serveur. Une putain était tolérée ici d’autant que des chambres là-haut nous attendaient. Hindi hatay escort bayan pour me mettre tout à l’aise et m’enlever les derniers scrupules commanda d’emblée du frais champagne. J’avalais rageusement mes deux coupes. Éméchée j’avais retiré un pied de mon escarpin pour en caresser la cheville de mon vis-à vis. Celui-ci me tutoyait désormais sans plus de retenue.Il m’avoua qu’il me reluquait depuis longtemps. Hélas et à son goût j’étais passé peu de fois à la banque avec mon mari. Il reconnut de même qu’il détestait celui-ci. Il eût pour lui ce mot lapidaire : Un con ! J’opinais de la tête à titre d’acquiescement. Il crut devoir rajouter qu’il était étonné de mon récent changement. Je n’étais pas ainsi il y a un an. Y-avait-il eu une révolution dans ma vie ? Un homme m’avait-il ouvert les yeux et débauché ? Bref je n’étais pas la seule à m’interroger sur ma récente métamorphose. Un miroir plus loin me renvoyât l’image d’une pute blonde trop maquillée.Nous expédiâmes le déjeuner fut-il bon. Si Hindi avait pu lire à ce moment dans mon esprit, il eût recueilli cela : « J’ai envie d’une bite dans la chatte et dans le cul. » J’avais offert mon pied dessous la table qu’il caressait augmentant tous mes désirs. Le restaurant s’était peu à peu déserté. Je vis un couple monter ostensiblement à l’étage. Manifestement eux aussi était venus baiser. Je pariais qu’il fut autant adultère que le nôtre. Je fis un dernier effort pour m’obliger à songer à mon mari que j’allais trahir encore mais rien n’y fit. Il m’indifférait. J’avais envie d’être foutue par le premier venuJe vis sur ma montre que nous n’avions plus que deux heures devant nous. Il me tardait d’être là-haut au ciel. Mon amant devina mon impatience. En un instant l’addition fut réglée. Par le jeu de miroirs je le vis adresser un clin d’œil avec ledit serveur. Pour affirmer sa prise, il crut devoir alors me plaquer une main sur le cul. Passé l’étonnement, je pris bien son geste. Même il m’enchantât. Je savais avoir un beau cul et j’escomptais que ma mini n’en cacha pas grand-chose aux regards concupiscents. Nous nous embrassâmes le long du couloir. Sa main chaude me caressant les fesses.Nous entendîmes quelques cris et gémissements derrière une porte. Je ne pus réprimer ce propos si grossier : « Celle-là n’a pas fait le voyage pour rien. » Un peu de honte me prit. La personne ancienne que je fus rougissait trop tard de la garce que j’étais devenue. La chambre était spacieuse inondée de soleil. Au centre un grand lit blanc nous ouvrait les bras. Nous convînmes d’allumer la télévision et d’en couper le son. Nous choisîmes un fastueux documentaire a****lier pour nos ébats. Nu je me représentais que décidément ce Hindi était vilain et loin de l’archétype Apollon ou Adonis.N’empêche, je me ruais de nouveau sur sa bite nichée sous son gros ventre. Je voulais parfaire ma pipe initiale. Il me furetait en même temps le trou de fion. J’étais assurée que ce cochon voudrait tout à l’heure m’enculer. J’aspirais à cela depuis longtemps. Il me pesait de devoir recourir sans cesse à un gode pour me satisfaire par cet endroit. A mon étonnement il sortit de la poche du veston, un loup qu’il m’obligeât à mettre sur le visage. En fait il voulait de moi des photos, nue. Passé le premier étonnement j’admis l’idée, géniale. Il y aurait un souvenir d’une pute sans qu’on la reconnut.Il était vraiment du genre cochon. Notamment il s’attarda un temps long, bouche et langue nichées en mon anus. Il voulait que j’y fus excitée et qu’il put m’enculer à son aise, sa queue pénétrant sans effort au tréfonds. Mon mari eût été bien étonné que mon trou eût atteint à cette souplesse et à cette élasticité. Les godes avaient fait là-dedans leur ouvrage. Hindi fut ne pas peu étonné d’y entrer si facilement. Il me souffla à l’oreille : « Grosse salope tu te fais souvent enfoncer par le cul ! » j’étais heureuse du compliment. Il fut impitoyable et éjaculat enfin tout son foutre au milieu de mes fesses.Goguenard il répandit un reste de ce foutre sur mon visage et mon loup. Il me demanda à lui laver la queue dans ma bouche. Je vis encore que son smartphone dessus la commode nous filmait. Il me promit une copie après montage. Il avait sur un disque externe, une collection de ces orgies avec des putes et des salopes. Je refusais sa proposition de m’en découvrir un échantillon. Je lui jetais : « Contente-toi de me baiser, de m’enculer voire de me filmer. » Lorsque nous passâmes devant le serveur je lui fis un beau sourire lui signifiant qu’il pourrait s’il voulait bien disposer de moi, un jour.Un monde nouveau s’ouvrait. La dernière digue avait cédé. Ma nouvelle vie de vice était irrémédiable. Il était inconcevable maintenant que je pus revenir en arrière. Hindi certes me sauterait autant que nécessaire mais il me fallait aussi d’autres bites. Je me ruais le soir-même sur mon site de rencontres coutumier bien résolue ne plus me contenter d’allumer. Cependant il y avait toujours un gage à l’appui. Le type devait m’offrir outre un bon restaurant, un article choisi sur un site d’objets libertins. Ainsi me harnacherais-je à peu de prix. Faire la pute cela coûte cher.Je ne sais si mes proches dont mon mari devinèrent mon nouveau genre de vie. Un collègue qui n’avait de cesse depuis des années de me courtiser s’en étonnât un jour. Il en parut même chagrin et offusqué. Il me dit : « C’est bizarre quelque chose a changé en toi. Tu as le regard plus dur. Tu as adopté une démarche plus lascive. Tu me plais moins. J’en suis déçu. Qui t’a appris ces façons de pute ? « Cet imbécile m’avait deviné. Il n’eût droit qu’à mon regard de mépris. Le soir même je vins rejoindre Tonio, le gardien du parking dans sa guérite où il put à loisir me limer discrètement.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ematine au bois de Bastard

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ematine au bois de BastardEt oui son copain arrive avec les chevaux leur larbin va s en occuper c est le mec qui était emmanché sur son vélos qui marche difficilement si j avais pas vu j aurais pas compris en passant il prend une baffe dans la gueule par le forestier qui s appelle Mohamed je ne sais pourquoi mais il se retrouve sur le cul deux mètres plus loin avec la gueule à moitié démonté vu la baffe et la grandeur de la main je comprendLe copain de Mohamed (Momo) pour les connaissance me présente comme une salope qui vient chercher de la queue et lui dit tu vas te régaler elle aime ça et nous dit bonne nuitMomo me fait rentrer dans ce qui est son logement en fait’ un endroit où il y a une grande table faite avec des planches brut de scierie deux bancs et dans aydın escort le fond a même le sol un semblant de matelas il se dirige vers une glacière où il prend une bouteille d anisette genre Ricard ou pastis en France en bois une goulée à sec un bon quart et il enlève sa salopette de travail et la j entrevoie son sexe qu il maintient et cache par une ceinture de maintien il vient vers moi et m embrasse tendrement cet vraiement le mot je suis devant un mec qui doit faire au moins deux mètres et peser entre cent vingt et cent trente kilos je répond a son baiser j ouvre la bouche pour lui rouler une pèle malgré l odeur de l anis sa langue joue avéc ma luette tellement elle est grande et longueAu bout d un moment il se redresse et me dit qu il va faire sa toilette escort aydın je n ai toujours pas vu son sexe je lui défait sa ceinture et le libère enfin je le vois dans ma vie j en ai vu mais jamais comme ça en sémi erection quarante à cinquante centimètres plus de dix de diamètre cet impressionnant je l empêche de partir se laver en lui faisant une fellation sur le gland en lui bouffant le fromage qu’il a dans les recoins du gland quand c est fait je le prend jusqu à la glotte et le suce pour le faire dechargerCe qu il fait au bout d une minute une partie restant dans ma bouche l’autre allant directement dans mon estomac on se roule une pèle il a à l air d aimer celaIl me prend dans ses bras et m emmène sur la table il att**** la bouteille d anisette en boit aydın escort bayan une rasade qu il me fait partager dans une pèle en deux coup la bouteille est à moitié pleine ou vide si vous voulez je commence à avoir des vapeurs d autant plus qu il me met son index dans mon cul et il a la dimension d une belle queue après m avoir trituré un bon moment il pointe son gland qu il a bien graissé avec une plaque de beurre et cet moi d un coup de rein qui me le rentre je râle gémit pleure mais je n hurle pas puis petit a petit il me pénètre tout en me limant jusqu à je sente ses couilles butant notre mes fesses cela durera une bonne heure il a jouit en moi trois fois tout en vidant la bouteille d anisette sur le coup d une heure du matin j ai mis mon collier de chienne et je lui est entrepris une gorge profonde et pour la première fois j ai vu son sperme sortir à flot par mon nez inondant mes nichons Je ne vous dit pas le lendemain l état de ma gorge et de mon cul mais c est la vie d EMATINE

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Nouvelle voisine, nouveaux plaisirs

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Nouvelle voisine, nouveaux plaisirsIl y avait de nouveaux voisins dans le pavillon d’à-côté ? Un couple, dans la quarantine. Elle portait les paquets qu’il sortait de la camionnette de location. C’était une jolie brune et lui était plutôt ordinaire. Il a déposé les derniers colis sur le trottoir et il est sans doute parti rendre la camionnette puis la femme est sortie de la maison et quand elle a vu le dernier paquet, elle a essayé de le soulever mais il était vraiment trop lourd pour elle et je suis sortie pour l’aider.Je lui ai proposé mon aide et nous nous sommes baissées pour ramasser le gros carton quand il y a un bruit insolite, une sorte de crac.- Ah, zut ! Ça recommence, a fait la voisine ! Ça s’attache par devant et l’agrafe a encore cédé !Elle s’était relevé et elle ne pouvait pas cacher diyarbakır escort les dégâts et elle a rougi en voyant que je la regardais.Elle a baissé les yeux vers ses seins.- Il faut mieux que je le retire complètement, a-t-elle ajouté !J’étais surtout surprise parce qu’il y avait une phrase écrite sur sa poitrine et qui passait d’un sein à l’autre.- C’est pas du toc, m’a fait la voisine ! J’ai fait ça quand j’avais dix-huit ans sans penser que je garderai toujours ça sur ma peau !- Et il y a quoi d’écrit, lui ai-je demandé ?- « J’aime le sexe à la folie ! », m’a répondu la voisine ! J’étais dans ma période mystique…- Et c’est toujours vrai, lui ai-je demandé ?- En tout cas, c’est sans doute pour ça que mon mari préfère me prendre en levrette, m’a répondu la voisine !- Et vous en avez d’autres escort diyarbakır dans ce genre-là, ai-je insisté ?J’étais vraiment amusée.- Oui, sur les reins, m’a répondu ma voisine : « Par derrière c’est moins risqué ! »- Vous au moins, vous aimez les maximes, ai-je ajouté !- Mon mari se prénomme Simon, a fait la voisine avant de comprendre ce que je venais de lui dire !- Et Simon aime passer par là, lui ai-je demandé ?- Que voulez-vous, j’ai toujours eu des partenaires qui préféraient le trou du cul !Nous nous sommes mises à rire toutes les deux.- Moi, mon péché mignon, ce sont les femmes, lui ai-je lancé quand j’ai pu parler !- Tiens donc, m’a lancé la voisine !Elle ne semblait pas étonnée par mon aveu.- Vous êtes lesbienne ou c’est juste que vous aimez ça, m’a demandé la voisine diyarbakır escort bayan ?- Mon mari n’aime pas beaucoup que je fasse ça, lui ai-je répondu !- Oui, forcément, a insisté la voisine ! Moi, je n’ai jamais osé essayer !On se regardait dans les yeux et j’ai fini par lui dire que je veux bien essayer.- Mais votre mari ?Je lui ai raconté que mon mari n’avais pas besoin de savoir. Elle a ajouté que jeudi prochain, elle serait seule chez elle et elle m’a invitée à venir prendre un verre. J’y suis allé. Je ne sais pas si elle s’est rendue compte que c’était la première fois que je faisais l’amour avec une femme. En tout cas, on y a pris du plaisir et on s’est bien amusées. Le soir même, j’ai fait l’amour avec mon mari et quelques jours plus tard, la voisine m’a avoué qu’elle avait fait la même chose.- Et alors, lui ai-je demandé ?- Et alors ? Y’en a marre de la bite ! Tu veux prendre un café ?Je ne vous dis pas ce qu’on a fait et depuis ce jour-là, tous les jeudi après-midi, je vais prendre le café chez ma voisine ou c’est elle qui vient chez moi.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une soirée extraordinaire

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une soirée extraordinaireJe fréquentais Sébastien depuis environ deux mois. Il était très gentil bien qu’un peu timide et j’avais dû le forcer un peu pour qu’on fasse l’amour mais ce n’était pas ce que j’avais espéré pour une première fois. Ça avait été un vrai désastre. Ce n’était pas qu’il était mal outillé mais il ne savait pas s’en servir.Je sortais avec lui presque tous les samedi soir et parfois il m’emmenait chez lui pour faire une tentative mais ça ratait presque à chaque fois. Un samedi soir, au lieu d’aller chez lui, nous sommes allés chez un de ses copains et j’ai découvert que j’étais la seule fille au milieu d’une demi-douzaine de garçons.J’aurai pu être la reine de la fête mais les mains n’ont pas tardé à se glisser sous ma robe et quand j’en ai parlé nevşehir escort à mon copain, il m’a répondu qu’ils s’amusent et que c’est sans importance.Je voyais bien comment ça allait se terminer. En plus des mains, j’ai eu une bite collé sur mes fesses. Je n’aurais su dire si elle était restée dans le pantalon mais la sensation était bien là.Au bout d’un moment, et les boissons faisant leur effet, Sébastien m’a dit que ça serait bien pour lui si j’étais gentille avec ses copains. Que fallait-il que je comprenne ? Il m’a soulevé ma robe et il m’a retiré ma petite culotte en disant qu’il n’a pas menti parce qu’ils peuvent voir que je m’épile entièrement.- On peut vérifier, a fait un de ses copains ?Il a glissa sa main entre mes cuisses et il m’a touché la escort nevşehir vulve avant d’enfoncer ses doigts dans mon vagin et il m’a massé le clitoris avec son pouce, ce qui a fait que j’ai abandonné toute résistance et c’est bien ce qu’ils ont compris.Ils n’étaient pas méchants. Ils m’ont retiré ma robe et il m’ont caressé la poitrine. Je trouvais ça agréable et ils ont commencé à se disputer à celui qui me pénétrerait avec son pénis et moi, comme j’étais en bonne position, cuisses ouvertes, je me suis laissée faire et chacun, tour à tour, ils m’ont pénétrée puis il y en a eu un qui a voulu qu’on fasse l’amour à trois et on m’a prise dans l’anus puis j’ai sucé les bites et le speme a commencé à gicler.La seule chose dont j’avais envie n’était pas de me nevşehir escort bayan défendre mais de me laisser faire et je me rendais bien compte que ce que j’aimais était d’être leur chose, de les voir se battre pour m’avoir. Ils ne sortaient leur bite de mes trous que pour la frotter sur mon ventre et mes fesses puis je sentais quelque chose de chaud sur mon corps et c’était du sperme.Que faisait mon petit ami Sébastien ? Il se servait de son téléphone pour me filmer et me photographier puis il m’a montré un petit bout de film en me disant que je suis belle quand je jouis et il avait raison. Quand j’étais seule à me masturber, je faisais des grimaces et là, avec tout ce groupe, je souriais.Ils défilaient ans mes trous les uns après les autres sans avoir l’air de se fatiguer. L’un d’eux a voulu se masturber sur ma poitrine et je l’ai laissé faire et j’ai pris tout le sperme sous le menton. Après celui-ci, les autres se sont lassés et ils ont commencé à partir et ils nous ont laissés et je suis rentrée chez moi.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Education sexuelle

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Education sexuelleJ’avais commencé à faire ma toilette. Nous étions en été et il faisait chaud. J’ai entendu un cri strident et j’ai quitté la salle de bains pour aller à la fenêtre de ma chambre. Cette fenêtre donne sur le jardin des voisins. Je ne voyais rien. Tout à coup, j’ai vu jaillir la voisine. Elle n’avait pas l’air affolé mais elle courait sur la pelouse de son jardin, complètement nue.- J’en ai marre que tu m’encules, s’est-elle mise à crier ! Cette fois, tu ne la mettras pas !J’avais beau regarder, il n’y avait personne d’autre. Mais si, son mari qui hésitait à sortir dans le jardin. Je pouvais le voir, dans l’encoignure de la porte de leur salon, complètement nu lui aussi et je me suis précipitée dans le bureau pour prendre les jumelles et je suis revenu.Maintenant, je voyais très bien mon voisin. Il regardait dehors et il se branlait. Il a fini par faire un pas au dehors puis il s’est mis à crier à sa femme que ce n’est pas pour rien qu’il a épousé une putain.Ça devenait de plus en plus intéressant. Le voisin s’est avancé dans le jardin, la main à la bite sans oublier de se branler. Il s’est avancé sur la pelouse. Sa femme s’était cachée derrière un buisson mais il a fini par la trouver et il l’a empoignée tekirdağ escort avant de la pousser à quatre pattes devant lui puis il l’a attrapée par les hanches et il l’a sodomisée.Je voyais tout en gros plan et il n’y avait aucun doute.- Je t’encule parce que tu ne veux pas prendre la pilule, lui a jeté son mari ! Je t’encule parce que tu aimes ça ! Tu ne vas pas rester tout le temps à la maison ! Il faut bien que tu gagnes ta vie !- Je ne veux pas y retourner, plaidait son épouse !- Bien sûr que tu vas y retourner, a ajouté son mari ! Tu ne sais rien faire d’autre que ça ! Tu ne sais que faire des pipes, te faire baiser et surtout te faire enculer ! C’est bien toi qui me l’a proposé quand je t’ai rencontrée ! Tu crois que je vais me contenter de te baiser ? Il faut que tu rapporte du pognon !Il était sur elle et je pouvais voir la bite s’enfoncer et ressortir pour s’enfoncer à nouveau. J’ai pensé que ce n’est pas mon mari qui pourrait en avoir une aussi longue. Et aussi large aussi. Elle s’enfoncait dans l’anus en écartant les chairs. La femme était à quatre pattes et les seins balançaient sous son torse, majestueux.J’ai pensé qu’elle était vraiment faite pour ça, pour faire la pute. C’est le lot tekirdağ escort bayan de certaines femmes. Le pilon continuait à s’enfoncer. J’ai vu les doigts sur la chatte et je me suis rendue compte que j’étais en train de me frotter sur le coin du guéridon.- Si je pouvais, ai-je pensé…Je pensais que si je pouvais bénéficier de cette bite. Ça changerait ma vie. Mon mari est un autre genre. Un visuel. Il aime bien que je me masturbe devant lui, que je m’enfonce un gode. Le dernier truc à la mode est de m’écraser les seins sur la table. Un jour, il m’a fait un truc qu’il a vu sur un site, me planter un clou dans le mamelon pour m’immobilier pendant qu’il me faisait un fist. C’était horrible au début mais ça s’est arrangé et j’y ai pris du plaisir, en réalisant que j’en avais déjà fait un, avec le bras de mon baigneur quand j’étais encore une gamine. Je l’avais enfoncé dans mon vagin, par curiosité et j’avais trouvé bizarre qu’il disparaisse ainsi. Enfin, pas vraiment. Je m’étais déjà explorée avec un crayon, assise sur une chaise, cuisses ouvertes et j’avais regardé le crayon disparaître. Ma mère m’avait surprise et elle m’avait demandé ce que je faisais. Comme si elle ne le savait pas. Plus tard, escort tekirdağ j’avais découvert qu’elle se baisait en cachette avec une sorte de bite en plastique, sans s’occuper de papa.J’avais aussi exploré mon anus de cette façon puis je m’étais assise sur la bite en plastique de ma mère et elle avait disparu dans mon trou du cul. A partir de là, j’avais commencé à fouiller dans les livres qu’entassaient mes parents et j’avais fini par trouver un exemplaire d’Histoire d’O et je l’avais lue et relue pendant des mois et j’avais été fascinée par cette femme qui fini par se laisser marquer au fer rouge par l’amour d’un homme.Ma première expérience sexuelle avait été bien moins piquante. Mon ami était timide. Il avait peur du sexe. J’étais parti en voiture avec lui et je lui avais proposé de sucer sa bite mais il ne se décidait pas. Il n’arrivait pas à bander, si bien que je lui avais offert de me masturber devant lui mais ça ne l’excitait pas. Je suis pourtant resté avec lui pendant des mois, sans plus de progrès.Le suivant était un homme, un vrai, un terrassier venu creuser une tranchée dans notre rue. J’étais dans le jardin. On avait discuté et on avait fait ça dans la cabane de chantier. Il avait fait de moi une vraie femme.La suite est plus banale. J’avais envie de me marier, comme mes copines et je m’étais mariée, mais ce n’est pas vraiment la joie.Dans le jardin des voisins, il avait fini par jouir dans l’anus de son épouse et ils étaient rentrés dans leur maison.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Göt Hastası Kocalarım! İki Kocam Da Götçü Çıktı

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhaba arkadaşlar, ben Müjgan, aslen Mersinliyim. 38 yaşındayım ve bu benim ikinci evliliğim. Fizik olarak kısa boylu (1.55), hafif şişman, portakal gibi memeleri olan, tombul götlü bir kadınım. Göt deyince, götümden çok zevk alan biriyim, beni kudurtan şey, göt deliğimin yalandıktan sonra sikilmesidir. Beni götten sikilmeye ve zevk almaya (ölen) ilk kocam alıştırdı. İlk kocamı bundan 9 sene önce Trafik kazasında kaybettim. Onunla seksin hertürlüsünü yaşadık. Buna Grup Sex ve eş değiştirme de dahil. Hemen hemen akla gelebilecek her yerde sikiştik desem yeridir. Mesela arabayla bir yere giderken, yolda seyir halinde iken kocam yarağının yalanmasını çok severdi, ve ben de o araba kullanırken devamlı yalardım, (bir de, ben altıma hiç külot giymem, sıkar bunaltır beni) sonra da kucağına otururdum. Kocam hem araç kullanır, hem de beni sikerdi…

Tek eksiğimiz çocuktu, ama onun için de acele etmiyorduk. Hayatımız bu şekilde devam ederken, kocamı bir Trafik kazasında kaybetmiş ve artık tek başıma (ve genç yaşımda dul) kalmıştım. Aradan yalnız geçen 9 seneden sonra benim canım yarak çekmeye ve amım götüm resmen kaşınmaya başlamıştı. Tabi bu arada ben artık baba evine dönmüştüm ve ufak ufak taliplerim çıkmaya başlamıştı. Derken birgün babam bana uygun bir talibimin olduğunu ve bu kişinin uzaktan akrabamız olduğunu, kendisinin Manisada yaşadığını ve eşinden ayrılmış birisi olduğunu falan anlattı ve “Yarın akşam gelecekler, biz uygun gördük, adamla sen de bir konuş, kafana yatarsa seni vereyim!” dedi. Ben de hiç sesimi çıkarmadım, sadece dinledim. Adamın maddi durumu da iyi imiş, tüm bunları üst üste koyunca kafama yatmıştı. En çok kafama yatan ise Manisada ailemden uzakta olacağımdı, yani her istediğimi rahatlıkla yapabilirdim.

Bir gün sonra geldiler beni istemeye. Adam escort bayan 48 yaşında, normal ölçülerde bir adamdı. İsmi Erolmuş. Oturdular, aileler biraz konuşup sohbet ettikten sonra, babam, “Kızım isterseniz siz de bir konuşun!” dedi. Biz yan odaya geçtik. Önce ben anlattım geçmişimi ve olan biteni, sonra o başladı anlatmaya. Eski karısının çok tutucu bir kadın olduğunu ve kafa yapılarının uymadığını, 2 çocuğu olduğunu ve ikisin de evli olduğunu, kendisinin de 11 yıldır yalnız yaşadığını, kendisinin çok açık görüşlü birisinin olduğunu falan anlattı. Yani kafama yatmıştı. İkimiz de okeyledikten sonra babamların yanına döndük. Babam, “Kızım ne diyorsun?” dedi. Ben de, “Sen nasıl münasip görürsen baba!” diyerek istediğimi belli ettim. Babam da, “Ohalde tamamdır bu iş!” dedi. Birkaç gün sonra geldiler, bir yüzük taktılar, birkaç tane de takı falan, aile arasında biraz eğlence, sonra gece yola çıktık, doğru Manisaya…

Evimize varınca, ben sanki ilk defa yarak yiyecekmişim gibi heyacanlı idim. Önce ben duş aldım, sonra Erol duşa girdi. Ben (Külot giymeyi pek sevmesem de) ilk gece diye sadece Tanga külodumla birlikte takım olan Sütyenimi giyerek, yatağa girdim ve Erolu beklemeye başladım. Erol duştan çıktığında çırılçıplaktı, sikini taşağını sallaya sallaya geldi ve yatağa girdi. Hemen öpüşmeye başladık. Ve öyle güzel öpüşüyordu ki, biryandan da götümü okşuyordu. Ben de onun dudaklarını resmen yiyordum. Sonra Sütyenimi ve Tangamı çıkartarak amımı yalamaya başladı, dilini amıma sokuyordu. Sonra dilini göt deliğime sokmaz mı! İşte buna bayıldım, tam istediğim erkekti, resmen beni yiyordu ve sanki benim neleri sevdiğimi biliyordu. Erolun götümü daha iyi yalaması için ben de bacaklarımı yukarı kaldırdım, bacaklarımı ellerimle tuttum kendime çektim ve amım götüm tam meydana ataşehir escort çıktı. Sanki Erol bunu anlamış gibi götümü öyle güzel yalıyordu ki, arada dilini sokuyordu götüme, arada parmaklıyordu…

Götüm resmen hamur gibi yumuşamıştı. Erol bana, “Karıcığım seni ilkin götten sikmemi istermisin?” dedi. Ben de, “Neremden istersen sik, artık amımla da götümle de seninim!” dedim. Ben aynı pozisyonda iken Erol bacaklarımı omzuna aldı, yarağını tükürükleyip götüme öyle bir geçirdi ki, resmen götüm bayram etti! Ve bu pozisyonda beni hem sikiyor, hemde konuşuyordu, “Karıcığım yanlış anlama da, ben sikişirken küfür etmeyi ve küfürlü konuşmayı çok severim! Senin de sikişirken bana küfür etmeni istiyorum!” dedi. Sikişirken bundan zevk alıyormuş, benden kendisine ‘Pezevenk, Gavat, Boynuzlu, Orospu Çocuğu’ gibi şeyler dememi istiyordu. Ben de başladım, “Sik Pezevenk kocam, sik! Götüm sana helal olsun Boynuzlum! Senin yarağına kurban olayım Gavat kocam! Parçala götümü Orospu Çocuğu!” diye konuşmaya. Erol götümü bu şekilde bir süre sikti ve götüme boşaldı…

Biraz yatakta yatıp dinlendikten sonra, ben başladım onun yarağını yalamaya. Ama ne yalama, resmen yiyordum yarağı, çünkü senelerdir yarağa aç idim. Taşaklarını bile yaladım, emdim. Sonra üzerinde 69 oldum, ben onun yarağını yalarken amımı da ağzına sürtüyordum. O da, amımı yalamak ne kelime, hem yalıyor hem ısırıyordu. Bu da bana ayrı bir zevk veriyordu. Üstelik elleri hiç boş durmuyordu, hep götümü okşuyor, parmaklıyordu. İkinci kocam da ilk kocam gibi götçü çıkmıştı ve ben buna çok seviniyordum. Erolun da benim gibi seks manyağı çıkmasına sevincimden artık kendimi iyice koyvermiştim. Erolu sırtüstü yatırdım, tuvalete uturur gibi yüzüne çömeldim ve ileri geri yani siker gibi ağzına gidip geliyordum, beykoz escort amımı götümü ağzına sürtüyordum. Ve sonunda o şekilde Erolun ağzına işer gibi boşaldım. Erol ise amımı öyle güzel yaladı ve emdi ki, amımdan akan tüm sıvılarımı yaladı. Amım pırıl pırıl parlıyordu. Bende derman kalmamıştı, ama Erol daha boşalmamıştı…

Sonra Erol beni yatakta dörtayak domalttı ve arkama geçerek yarağını amıma öyle bir soktu ki, sanki kızlığımı ilk defa kaybediyormuşum gibi hissettim. Sikilmeyi çok ama nekadar çok özlemişim meğerse. Götümden sonra amım da bayram ediyordu sonunda. Erol hem amımı sikiyor, hem de, “Seni bu yarrağımla sike sike Orospu yapacam, yarrağa doyuracam Fahişe, Kaltak!” diye küfürler ediyordu. Ben de, “Sendeki de yarak mı lan Orospu Çocuğu! Sen yarak görmemişsin de kendinde yarak var sanıyorsun! Kes sesini de sikmene bak Gavat! Seni boynuzlayacağım! Hadi doyur amımı!” gibi küfürlü sözler diyordum. Erol bunları duydukça beni daha sert sikiyordu ve sonunda böğürerek boşaldı amıma. Ama ne boşalma! Yarağını amımdan çıkardığında, çarşafa yarım çay bardağını dolduracak kadar döl süzüldü amımdan. Hemen banyoya koştum amımı götümü yıkadım ve yatağa döndüm. Öpüşerek sarılıp yattık.

Erol beklediğimden de iyi bir koca çıkmıştı, üstelik aynı ilk kocam gibi götüçüydü. Şu an çok mutluyum. Seks fantazilerimiz hakkında birbirimizden çekinmeden herşeyi rahat rahat konuşuyoruz. Erol benlen evlenmeden önce, komşusu olan evli bir çiftle üçlü seks falan yapıyormuş. Ben de (ölen kocamla) grup seks ve eş değiştirme yaptığımı anlatınca, aynı kafadan olduğumuz için sevincinden havaya uçacaktı. Erol beni de aralarına katıp, komşularıyla dörtlü sikişmeyi düşünüyor, ama önce beni bir iki hafta tek sikmek, amıma ve götüme iyice doymak istiyor! Bu yazımı da sikişmeye ara verdiğimizde yazıyorum. Ben yazarken de götçü kocam Erol rahat durmuyor ve yarağını sıvazlarken amımı götümü yalıyor. Yazımı yollar yollamaz oturacağım yine sabırsız kocamın yarağına!

Hoşçakalın, hepinizin kalkan yaraklarını ve sulanan amlarını yalıyorum!

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Karımı ve Beni Çok Kötü Siktiler Zorla Tecavüz Ettiler

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Merhabalar. Adım Ercüment. Biz 8 yıllık evli, çocuksuz bir çiftiz. Karım 33 yaşında, bense 42 yaşındayım. Karımla seks hayatımız oldukça renklidir ve sınır yoktur. Anal seks, Oral seks ve Seks Oyuncakları dahil hepsini denedik. WebCam’da başka çiftlerle karşılıklı seks yaptık, birbirimizi seyrettik. Karımla okuduğumuz hikayelerin de etkisi ile, ben de de karımı başka bir erkeğe siktirip seyretmek fikri oluştu. Hemde ne oluşma, gece gündüz bunu düşünür oldum. Karıma bunu anlattım, önce itiraz etti, sonra denemeye karar verdi. Nette bir sürü kişi ile görüşmeye başladık. Karımın beğeneceği biri olmalıydı. Siki ise kocaman ve kalın olmalıydı.

Netten Yasin isminde biri ile uzun süre yazıştık, MSN’de görüştük. Yasin WebCam’da defalarca, bizi sikişirken ve karımı kendini tatmin ederken ve amına Patlıcan Salatalık vesaire sokarken, seyrederek boşaldı. Tam 3 ay boyunca nerdeyse her gece böyle heyecanlar yaşadık. Fakat ne olduysa, karım birden, artık bu tür fantazilere katılmak istemediğini ve Yasinle MSN’de görüşmek istemediğini söyledi. Birdaha da Nete asla girmedi. O günden sonra karımla aramızdaki fantaziler de bitmiş, sıradan seks hayatımıza dönmüştük. Karıma bunun sebebini çok sordum, fakat cevap vermedi. Ben Yasinle MSN’de görüşmeye devam ediyordum, ona sordum, “Bilmem abi, benle de hiç görüşmüyor!” dedi. Yasin 26 yaşında esmer kibar bir gençti. Bu arada WebCam’da yüzlerimizi göstermemeye özen göstermiştik. Atletik vücutlu, bol kıllı, 20-22 cm damarlı ve kalın bir siki olan bir erkekti. Bir müddet sonra ben de Yasinle görüşmeyi kestim.

Bu olaylardan yaklaşık 6 ay sonra, bir gece karımla eve otururken kapı çaldı. 22:30 gibiydi. Bu arada Kemerburgazda, güvenliği olan bir sitede, dubleks bir evde oturuyoruz. Ben komşu gelmiştir diye rahat bir şekilde kalkıp kapıyı açtım. Karım da benimle kalkmış, hemen arkamda idi. Karşımda, hiç tanımadığım, esmer, kaba saba, uzun boylu, 3 tane genç adam vardı. Tedirgin oldum, karıma baktım acaba tanıyor mu diye, karımın yüzü sapsarı olmuştu. Adamlara, “Buyrun ne istemiştiniz?” dememe kalmadan, suratıma korkunç bir yumruk yedim. Yere devrilince, 3-4 tane de tekmeden sonrasını hatırlamıyorum…

Aradan nekadar geçti bilmiyorum, ama çenemdeki ağrı ile kendime geldim. Koltuğa sıkıca bağlanmış escort bayan bir vaziyette idim ve ağzımda bir tenis topu, zor nefes alıyordum. Karım ise diğer koltukta baygın vaziyette, çırılçıplak yatıyordu. Bu arada kendime baktım, ben de çırılçıplaktım. Adamlar dolaptaki Viskileri açmış, su gibi içiyorlardı. Adamlardan iri yarı olan, “Bak senin Gavat kendine geldi!” dedi. Adama dikkatlice baktım, bu bizim Nette sanal seks yaptığımız Yasine benziyordu. Adamın suratını WebCam’da hiç görmediğim için tam emin değildim, ama büyük ihtimalle oydu, yani Yasin. Yasin, 1.90 boyunda, kıllı bir adamdı. Diğeri ise o da 1.80 cıvarında, ama en az 150 kiloluk bir azmandı. Sonuncusu ise biraz daha kısa, tüysüz, tıfıl bir oğlandı, en fazla 16-17 yaş civarında idi. Yasin bana, “Ulan Gavat, hiçbir şeyden haberin yok dimi?” dedi.

Ben şaşkın şaşkın bakarken anlatmaya başladı, “Senin karı ile senden habersiz buluşmaya başladık. Çokta güzel sikişiyorduk, amından götünden, her yerinden siktim Orospu karını. Sonra değişiklik aramaya başladık, arkadaşıma siktirdim, arkadaşımla birlikte siktik karını. Baktım senin karı çatır çatır sikişiyor, hemde zevk alıyor, parayla satmaya başladım Orospuyu. Her seferinde 2-3 kişi aynı anda sikiyordu, biri amından diğeri götünden dağıtıyorlardı senin karını. Ha bu arada, karın benle ve başkaları ile sikişirken bol bol Video ve Resim çektik, elimizde hepsi. Karını son siken herifler biraz acıtarak sikmişler, karının biraz götü kanamış, bağırınca da bir iki tokat atmışlar. Senin karı korktu, bir daha yapmam falan dedi, öyle deyince temizinden bir de ben dövdüm. Var mı öyle şey? İnsanlıkla söyledim karına, getir dedim 50.000 Lira, seni bırakırım dedim. Ama anlamadı, anlamak istemedi, kaçmaya çalıştı. 20 gündür arıyoruz, Orospu bize yanlış adres vermiş meğer. Ama gördüğün gibi bulduk, kısmet bu geceye imiş!” dedi.

Ben şaşkınlıktan dilimi yutuyordum. Bu arada karım da kendine gelmeye başlamıştı, ama korkudan suratı bembeyazdı. Karımın ayıldığını gören Yasin, okkalı bir tokat attı karıma ve “Amına koduğumun Orospusu! Ağzını açarsan ikinizi de gebertiriz!” dedi. Karım da kaderine boyun eğmişti, koltukta çırılçıplak, büzülmüş oturuyor ve sessizce hıçkırarak ağlıyordu. Yasin karıma, “Bu arada fiyat 100.000 maltepe escort Lira oldu, ver kurtul!” dedi. Bu sırada diğer ayı herif, “Olur mu abi, daha bizim işimiz bitmedi!” dedi. Bu arada durmadan içiyorlardı. Yasin de arkadaşına, “Tamam koçum, her şey sırayla! Önce yapacaklarımızı yapacağız, sonra parayı verecekler zaten! Hem de sike sike!” dedi. Ben parayı verip bu durumdan kurtulmaya hazırdım, ama kimse bana sormuyordu. Herifler pis pis sırıtmaya başladılar. Karımın sesi biraz yükselince Yasinden bir tokat daha yedi ve ağzı kanamaya başladı. Yasin karımı sürükleyerek yatakodasına götürürken, “Getirin gavat kocasını da!” dedi arkadaşlarına. Onlar da beni, bağlı olduğum koltukla sürükleyerek, yatak odasına götürdüler. Karımı yatağa yatırarak önce ellerini iki köşeden, sonra bacaklarını yırtarcasına ayırarak köşelerden bağladılar. Karımın o sikmeye kıyamadığım güzel amı tabak gibi ortaydı…

Sonra soyunmaya başladılar. Şimdi hepimiz çırıl çıplak idik. Garip bir şekilde sikim kalkmaya başlamıştı. Yasin, “Sinan git bak bakalım, Buzdolabında neler var!” dedi. Sinan koşarak gitti ve elinde kocaman bir Patlıcan ve uzun bir Pırasa ile döndü. Karıcığımın altına bir yastık koydular ağzını da sıkıca bağladılar. Ufak oğlanla Sinanın hemen karıma yanaşınca, Yasin sikini sıvazlayarak, “Durun bakalım, hemen sikmek yok, önce Patlıcanı yerleştireyim sonra sikin!” dedi. Patlıcanı eline aldı, ucunu biraz ıslattı, çok kalındı karım asla alamaz diye düşünürken, zorlaya zorlaya tamamını karımın amına soktu. Karım debeleniyor, gözlerinden yaşlar geliyordu. Yasin Patlıcanı karımın amına sokup çıkarmaya başladı. Karım resmen kıvranıyordu. Yasin, “WebCam’da böyle sokuyordun dimi?” diyerek, Patlıcanı sapına kadar soktu ve “Şimdi de şu Pırasayı verin bakıyım!” dedi. Pırasa çok uzundu. Karımın altındaki yastığı biraz düzeltiler, götü iyice ortaya çıkmıştı…

Sinan iki parmağını karımın götüne soktu, biraz tükürükledi ve sokmaya devam etti. Elini çekti ve boşalan yere Yasin yavaşça Pırasayı ittirmeye başladı. Karımın amında Patlıcan olduğu için, Pırasa götüne zor giriyordu. Karım herhalde kendinden geçmişti veya gözleri kapalı kıvranıyordu. Yasin Pırasanın neredeyse tamamı karımın götüne sokup çıkarmaya başladı. Sinansa karımın pendik escort amından Patlıcanı çıkardı, amına iğrenç sikini yerleştirdi ve deli gibi gidip gelmeye başladı. Ve 4-5 dakika sonra karımın amına boşalarak çekildi. Onun yerine ufaklık geçti ve daha sokamadan boşaldı. Karımın Pırasa götünde iken hali beni nedense çok tahrik etmişti. Bu arada Yasin o koca kıllı sikini iyice tükürükleyerek Pırasanın olduğu göt deliğine yöneldi ve karımın gözlerinden yaşlar gelerek götünden sikti. Karım acıdan kıvranıyordu ama yapacak bir şey yoktu. Yasin de birkaç dakika sonra titreyerek karımın götüne boşaldı…

Bu arada diğer ikisi tekrar siklerini kaldırmışlardı. Yasin, “Hadi bakalım bir de göt sikelim!” dediğinde, neler olacağını anlamıştım. Üçü birden bana yöneldiler bağlarımı çözdüler. O arada kalkmış sikimi fark ettiler. Yasin, “Bak Gavata! Karısı sikilirken nasılda zevk almış! Sıra şimdi sende! Seni de sikip videoya çekicez, karına laf edemezsin artık!” dediler. Beni iyice domaltarak ellerimi ve bacaklarımı tekrar bağladılar. Ufaklık arkama geçti götümü parmaklamaya başladı. Götüm acıyordu, deliğimi açmak için iyice çekiştirmesi daha da acıtıyordu canımı. Sonra sikini dayadı götüme. Hayatımda ilk olarak bir yarak götüme dayanıyordu. Ben bunları düşünürken, sikini zorlaya zorlaya götüme sonuna kadar soktu. Götüm acaip yanıyordu. Ufaklık yine hemen boşaldı, fakat gidip gelmeye devam etti. Götümün içi dölden vıcık vıcık olmuştu, artık girip çıkarken çok canım yanmıyordu. Ufaklık çekildi, tam bitti diye sevinirken, Sinan geçti arkama ve götüme sikini sokmaya başladı. Deliğimi patlatan bir acı hissettim, beynimde şimşekler çakıyordu. Pompalamya başladığında bağırsaklarıma kadar basınç vardı içimde ve durmadan artıyordu. Bu arada Yasin de bize bakarak karımın ağzını sikiyordu. Devamını hatırlamıyorum, bayılmışım.

Bir müddet sonra kendime geldiğimde, karım da ben de çıplak bir şekilde, her tarafımız leş gibi döl içindeydi. Yasin ve adamları giyinmişler, benim kendime gelmemi bekliyorlardı. Yasin bana pis pis sırıtarak, “Amma da çürükmşsün ha! Karın bile senden daha dayanıklı çıktı! Hemen bayıldın, karına daha neler yaptık göremedin, yazık!” dedi. Sonra da ciddileşerek, “Bak yarın karın 100.000 TL’yi getirecek ve bu iş bitecek! Bizde söz namustur!” dedi ve çıkıp gittiler…

Ertesi sabah ilk iş olarak bankaya gidip parayı çektim, karıma verdim. Karım da götürüp parayı Yasine verdi geldi. Artık Kemerburgazda oturmuyoruz, bir hafta içerisinde apar topar İstanbula taşındık.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Teyzemi Siktim Teyzemle Çılgın Tatil

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Selam arkadaşlar, ben Adana’dan Atay. Sizlere 2 sene önce başımdan Teyzemle geçen ve halen devam eden bir olayı anlatmaktan ve bunu sizlerle paylaşmaktan büyük bir haz duyuyorum. Teyzem 34 yaşında, oldukça bakımlı güzel ve tam bir hanımfendidir. Bundan 6 sene evvel evlendi, fakat evliliğini fazla sürdüremedi. Kocasının muhafazakar bir bey olması, giyimine kuşamına karışması ve şiddetli geçimsizlik, malum boşandılar. Teyzem küçüklüğümden beri hayallerimi süslemiştir. Teyzemle oyunlar oynamak, sürekli onunla vakit geçirmek hoşuma giderdi. Büyüdükçe cinsel arzularım da artmaya başladı. Etrafımda fiziğim nedeniyle birhayli kız vardı, ama ben Olgun Kadın düşkünü bir gencim. Teyzeme olan hayranlığım artık onu arzulamaya dönüşmüş ve onu istemeye başlamıştım. Hergün hergece, masturbasyon yaparken, zevkin doruğunda boşalmak için çıldırdığım anda, hayallerimi süsleyen o kadına, Teyzeme sahip olmak hiçte kolay olmayacaktı.

Teyzem Bankacıdır. Bankada bulunduğu pozisyonu gayet güzel, yıllardır sevilen, sayılan ve güven duyulan bir iş karakteri vardır. Bu yüzden onu sürekli şehir dışına ve yurtdışı seminerlerine gönderirler. 16 yaşındaydım o zamanlar. Annemle birlikte Teyzemi ziyarete gitmiştik. Teyzem Anneme, Temmuz ayının 15’inde Antalya’ya gideceğini söyledi. Antalya merkezde seminere katılacağını ve oradan da tatil yapmak üzere 10 günlüğüne Alanya’ya geçeceğini, hatta kalacağı Oteli bile ayarladığını söyledi. Annemi ve beni de çağırmıştı. Ancak çalışması nedeniyle, Annem gidemeyeceğini söyledi. Ben de fırsatı bulmuştum, şimdiden Teyzemin sırtını yağlamayı hayal ediyordum. Ve Teyzemden beklediğim cevap geldi, “Atay hayatım, seninle birlikte gidiyoruz öyleyse, dimi Teyzecim?” dedi. “Sen nasıl uygun görürsen Teyzecim!” dedim. Teyzem de, “İyi o zaman, 10 gün sonra valizini hazırla!” dedi. Mutluluktan uçmak üzereydim ama belli etmiyordum, olsa da olur, olmasa da olur havasını takınıyordum.

O gün geldi çattı, Uçakla Antalyaya uçtuk. Bizi Havaalanından yetkililer aldı ve bir Otele getirdi. Teyzem, bu Otelde 2 gün kalacağımızı, toplantıları bittikten sonra Alanya’ya gideceğimizi söyledi. Herşey tıkırındaydı. Teyzem toplantıdayken, ben de onun hayalini kurup 31 çekmekteydim. 2 gün geçti ve Otobüse atlayıp Alanya’ya gittik. Otel 5 yıldızlı ‘De Luxe’ bir Oteldi, gayet hoştu. Odaya çıktığımızda çok heycanlanmıştım. Neden diye sorarsanız, odadaki tek yatak 2 kişilikti. Teyzem, “Bu işte bir yanlışlık var!” diyerek, hemen Resepsiyonu aradı, ve ‘iki ayrı yatak rezervasyon yaptığını’ söyledi. Resepsiyondan Teyzemin escort bayan rezervasyonunu inceleyip, bir yanlışlık yaptıklarını kabul ettiler, fakat malesef Otelde başka boş oda olmadığını, bizi başka bir Otele aktarabileceklerini, fakat o Otelin sadece 3 yıldızlı olduğunu, eğer şimdiki odada kalmayı kabul edersek, kendilerini affettirmek için, bize Otelin Sauna, Hamam, Fitness, Disco gibi etkinliklere ücretsiz giriş ve limitsiz içki kuponu vereceklerini söylediler.

Teyzem de kabul etti. Bana da gülerek, “Eminim tek yatmak isterdin, ama artık Teyzenle aynı yatakta yatmak zorundasın!” dedi. Ben sakince, “Önemli değil Teyze, birlikte yatarız!” dedim, ama içimden ‘Yaşadık!’ diye bağırmak, havalara uçmak geliyordu. İlk gün sadece yattık ve yorgunluk attık. Teyzemle aynı yatakta yatmak bile beni çıldırtıyor, kudurtuyordu. Teyzem çok yorgun olduğundan, yastığı görür görmez hemen uyumuştu. Ama ben heyecandan sabaha kadar gözümü kırpmadım. Uyuyan Teyzemin orasına burasına hafif hafif dokunmalar, bacağına bacağımı falan dokundurmalarla falan ilk geceyi geçirdik. Sabaha kadar, uyuyan Teyzemi seyrettim, o harika kokusunu içime çektim.

Ertesi gün Teyzem kuponları değerlendirmek ve Otelin Saunasına gitmek istediğini söyledi, ben de ona eşlik ettim. Teyzem bikinisini, ben de şortumu giydim, havlulara sarılarak gittik. Sauna çok sıcaktı, ben sıcağa pek dayanamıyordum. Ancak teyzemle de orada gayet güzel bir ortamdaydık. Teyzem iyice yumuşamıştı ve benden sırtına masaj yapmamı istedi. Sauna nerdeyse karanlıktı ve hep yabancı Turist çiftler vardı. Ben Teyzemin sırtını ovalarken, Turistlerden bir çift te havlularını çıkarmış sevişiyordu. Teyzem sıcağın da etkisiyle kendinden geçmişti, “Artık çıkalım, havuza girelim!” dedi. Benim sik kazık gibi olmuştu, havluda zor saklıyordum. Bildiğiniz gibi Sauna havuzlarına şortla giremezsiniz, çıplak giriliyor. Teyzem, benim şaşkın bakışlarım eşliğinde, havlusunu ve bikinisini çıkardı, çırılçıplak girdi havuza. Ben çıkaramıyordum. Teyzem, “Problem ne canım?” dedi. “Teyze birşey yok, ben girmeyim!” dedim. Teyzem sikimin kalkık olduğunu farketmiş, bana gülümseyerek, “Teyzecim ergenliktesin olur böyle şeyler, burda kimse kötü bakmaz, herkes çıplak! Hem yiğidin malı meydanda olur!” dedi. Ve içime su serpmişti. O cesaretle kendimi çırılçıplak havuza bıraktım…

Saunada çok rahatlamıştık. Saat 17:30’u gösteriyordu, akşam yemeğine daha birbuçuk saat vardı. Biz odamıza çıkmıştık. Saunada birbirimizi çıplak gördük diye, Teyzem oda’da da çekinmeden önümde üstünü değiştirdi. küçükyalı escort Böylece Teyzemin o harika vücudunu birkez daha çıplak görmüştüm. Teyzemin göğüsleri dimdik ve büyüklerdi. Amı ise yeni traşlı ve pasparlaktı. Resmen çıldırıyordum, ama Teyzemden çekiniyor ve ne yapacağımı bilmiyordum. Giyindik indik aşağı. Yemeğimizi yedik. Yemekten sonra Teyzemle gece eğlencelerine katılacaktık. Ogün Otelin Discosu ‘Köpük Partisi’ düzenlemişti. Katılanların çogunluğu yine yabancı Turistlerdi. Çok kalabalıktı ve göz gözü görmüyordu. Ses ve görüntü efektleri, Köpük yağmuru, içki, müzik ve dans harikaydı. Çok güzel eğleniyorduk. Teyzem de ufaktan götürdüğü Vodka’larla kafa yapmıştı. Ben ise Teyzeme gözkulak olmak için fazla içmedim…

Ama Teyzem içtikçe içiyor, dans pistine kalkıyor, genç Turist erkeklerle (nerdeyse erotik denecek) dans ediyordu. Elimden birşey gelmiyordu, mecburen oturduğum yerden Teyzemi ve dans etiği genç erkekleri izliyordum. Discoda Teyzemle bir yakınlaşma yaşayamayacağımı anlamıştım. Ama Discodan sonrasını düşünüyordum, odaya yatmaya çıktığımızda, mutlaka Teyzemin sarhoşluğundan yararlanmalıyım dedim kendi kendime. Teyzem kafayı iyice bulmuş olmasına rağmen, Vodka’ları ardı ardına götürüyor, ve Turistlerle sanki ayakta sikişir gibi dans ediyordu. Vakit geceyarısını çoktan geçmiş, saat nerdeyse 03:00 olmuştu. Teyzem de artık Tilt olmuş, ne dediğini, ne yaptığını bilmiyor, ayakta duramıyordu. Teyzem zar zor gelip yanıma oturduğunda, onu odamıza götürmek için yerinden kaldıramıyordum. Sağolsun bir genç Turist yardımıyla Teyzemi odaya taşıdık, yatağa oturttuk. Turiste yardımı için, “Thank You!” dedim. Çocuk, önemli değil gibisinden güldü ve tam gidiyordu, fakat Teyzem kolundan tuttu bırakmıyor, çocuğu öpmeye çalışıyor, sikini elliyor, “Fuck Me! Fuck Me Please!” diyordu. Turist kendini Teyzemden zor kurtardı ve gitti…

Kapıyı kapadım ve Teyzemin yanına, yatağa geldim. Teyzem öyle bir sarhoş olmuştu ki, gözünü nerdeyse açamıyor. Bu sefer Teyzem beni yakalayıp yatağa çekti, sikime elliyor, beni öpüyor ve bana, “Fuck Me! Please Fuck Me!” diyordu. Bu da benim işime geliyordu tabi! “Yes Teyze! Yes!” diyerek Teyzemin üstünü başını çıkardım, çırılçıplak yatırdım yatağa. Sonra kendim de yıldırım hızıyla soyunup, Teyzemin yanına girdim. Teyzemin dudaklarını öpmeye ve göğüslerini yalamaya başladım. Teyzem artık hangi alemlerde geziniyorsa, gözleri kapalı, sadece, “Mmmhhhh, Good! Good!” diye inliyordu. Yalayarak aşağıya, Teyzemin amına geldim. Teyzemin amını yalamaya başladığımda, kurtköy escort Teyzem saçlarımı koparırcasına tutarak, kafamı amına bastırıyordu. Teyzem bir süre daha inledikten sonra, dudaklarını ısırarak Orgazm oldu boşaldı. Artık hiç sesi çıkmıyordu, sadece gözleri kapalı bir şekilde mutluluktan uçuyordu…

Teyzemin bacaklarını aralayıp sikimi amına yerleştirdim ve gidip gelmeye başladım. Teyzemin amı, zaten az önce boşaldığından dolayı vıcık vıcıktı. Daha 2-3 kere sokup çıkarmıştım ki, yeniden titreyerek Orgazm oldu. Sonra beni göğsümden ittirerek, üstünden kalkmamı istedi. Ama ben daha boşalmamıştım, moralim bozulmuştu, “Hay amına koyum böyle işin!” diye söylenerek Teyzemin üzerinden kalktım. Ben üzerinden kalkınca, Teyzem yüzüstü döndü ve götünü yükseltti. İnanamıyordum, Teyzem götünden sikmemi mi istiyordu? Bunu anlamak için Teyzemin göt deliğini yalamaya ve parmaklamaya başladım. Teyzem, “Yes! Yes! Fuck my Ass!” diye inlemeye başladı. Teyzemin kasıklarının altına yastık koyarak götünü biraz daha yükseltim. Ve sikimi götünün deliğine dayayıp, yüklendim. Sikim Teyzemin götüne sonuna kadar girerken, Teyzem ağlıyor mu, gülüyor mu, yoksa zevkten inliyor muydu, öylesine garip sesler çıkarıyordu. Anlamadım, ama okadar da önemli de değildi, Teyzemin götünü yarım saate yakın siktim ve götüne boşaldım…

Sonra yastığı altından alarak, sikim Teyzemin götündeyken, Teyzemi yan çevirip, arkasından sarılarak uzandım. Az sonra sikim küçülüp Teyzemin götünden çıktığında, Teyzem çoktan sızmıştı. Teyzemi sırtüstü çevirdim ve uzun bir süre, uyumakta olan Teyzemin vücudunu inceledim. Teyzemin vücudunun her detayını, her kıvrımını kafama kazımak istiyordum. Daha sonra göğüslerini okşadım, amıyla oynadım, Teyzem uyanır da birdaha amından siktirir mi diye, çünkü sikim yeniden kazık gibi olmuş, hızımı alamamıştım. Ne yaptıysam Teyzem uyanmadı. Ben de Teyzemi uyurken sikmeye karar verdim. Bacaklarını ayırıp arasına yerleştim. Teyzemin amına geçirdim, ve yarım saat, kırkbeş dakika siktim uyuyan Teyzemi. Sabah uyandığında kendisini siktiğimin farkına varsın diye de, göbeğine ve göğüslerine boşaldım. Sonra ben de uyudum…

Ertesi sabah uyandırma servisinin açtığı telefonla, ikimiz de çırılçıplak (ve benim sikim kalkık) vaziyette uyandık. Teyzem kendine gelir gibi olduğunda, dudaklarımdan öptü ve kalkık sikimi ve taşaklarımı avuçlayarak, gayet memnun bir halde, “Erkeğim Teyzesini ne de güzel sikermiş!” dedi ve beni üzerine çekerek sikimi kendi elleriyle amına yerleştirdi. Kahvaltıdan önce Teyzemle bir posta sikiştik ve duşumuzu alıp giyindik, öyle indik Otelin kahvaltı salonuna.

Tatilimizin sürdüğü 10 gün boyunca, hergün siktim Teyzemi! Tatil bittikten sonra da Teyzemle sikişmeye devam ettik. Teyzemle 2 yıldır sikşiyoruz, onun kocası gibi oldum artık…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32